Archives

au Théâtre du Lierre partenaire Réduc’Snes

Prométhée enchaîné
Henry Bauchau, dramaturge poète, romancier et psychanalyste a revisité le texte d’Eschyle en y intégrant des éléments des deux autres pièces de la trilogie aujourd’hui perdues, Prométhée délivré et Prométhée porte-feu. Parmi les mythes grecs, l’histoire du Titan Prométhée nous touche particulièrement, puisque, en prenant le parti des « éphémères », les hommes, en leur livrant le feu dérobé aux dieux qui leur ouvrira la connaissance de tous les arts, Prométhée a subi la colère de Zeus et le plus terrible des supplices, être enchaîné à un rocher, dans un désert battu par les vents, par son propre frère Héphaïstos, sans plus aucune communication avec les hommes.
Ce dont nous parle l’histoire de Prométhée, c’est de la révolte contre l’injustice faite aux hommes, de l’être humain révolté face à l’absolutisme et qui cherche à dépasser l’ordre ancien. « Seul à connaître le destin réservé aux dieux, en vain Prométhée est interrogé par Hermès sur l’avenir incertain du jeune Zeus, Prométhée résiste aux menaces. Son refus, sa négation suffisent à affirmer son existence, à l’empêcher de mourir » (Henry Bauchau). Le texte adopte une forme poétique pour rendre plus tragique le sort de Prométhée. La mise en scène de Benoit Théberge, la scénographie et les lumières magnifient la résistance de Prométhée, admirablement interprété par Stephan Lara qui joue de son corps, et de sa voix comme blessée, pour nous émouvoir (entouré de Marc Bataille-Testu, Marie Delmas, Stéphan Lara, Erica Rivolier).
Micheline Rousselet

Théâtre du Lierre, 22 rue du Chevaleret, 75013 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 45 86 55 83 ou info.lierre@free.fr

Après ce Prométhée (jusqu’au 19/11), le Théâtre du Lierre accueille, du 24/11 au 17/12 "Don(a) Juan(a)", création du Théâtre Ephéméride, d’après le Don Juan de Molière, dont le metteur en scène, Patrick Verschueren, inverse les rôles en plaçant une femme dans le rôle principal, sans rien changer au texte si ce n’est le passage du masculin au féminin... ce qui n’est pas sans audace. Simultanément, le hall du Théâtre continue à accueillir des expositions et un lieu de petite restauration avant et après les spectacles. Détails sur www.letheatredulierre.com PL

Autres articles de la rubrique Archives