Actualité théâtrale

Au Montfort Théâtre, partenaire Réduc’ Snes, jusqu’au 06 avril

"Woyzeck [Je n’arrive pas à pleurer]" De Georg Buchner et Jean-Pierre Baro

La programmation du Montfort est toujours intéressante et Jean-Pierre Baro y avait montré, l’an dernier, un " Ivanov " très réussi. On pouvait donc s’attendre à ce qu’il nous propose, de nouveau, un spectacle de bonne qualité.

Malheureusement, force est de constater que l’on est bien déçu de son " Woyzeck. "  !

" Woyzeck " est la dernière pièce, inachevée, de Buchner. Il en a laissé des bribes, non reliées entre elles. Cela fait l’affaire de metteurs en scène, qui peuvent laisser leur imagination combler les vides. C’est ce que fait Jean-Pierre Baro, en intercalant dans l’histoire de Woyzeck, celle de son propre père, immigré sénégalais, ex-enfant de troupe, puis technicien chez Dassault. Les deux histoires se côtoient sur la scène, celle du père, racontée par la mère, et celle de Woyzeck. Le lien entre les deux histoires n’est pas immédiatement évident et même si l’on comprend petit à petit le propos de Jean-Pierre Baro, cela reste quand même assez " tiré par les cheveux ".

Les deux sont en effet de pauvres gens, victimes de la société de leur temps. Woyzeck sombre dans la folie, méprisé et humilié par le Docteur et par le Capitaine, le père de Baro sombre dans l’alcoolisme, victime du racisme ambiant. Mais s’en tenir à cette analogie, c’est nié que Woyzeck est surtout une histoire de passion amoureuse et de jalousie, qui débouche sur le meurtre de Marie, l’amante infidèle.

La mise en scène n’arrange rien : les effets sont appuyés, le rythme, déjà lent, est encore alourdi par des scènes qui n’apportent rien à l’histoire ou qui auraient dû être très raccourcies (notamment, celle, très lourdingue, où Simon Bellouard, qui joue l’amant, intervient nu – pourquoi nu ? - pour s’en prendre à Woyzeck). Le personnage de l’Italien, non plus, n’apporte pas grand chose. Les actrices s’en sortent bien, en particulier Cécile Coustillac, qui joue la mère. Mais le jeu de l’acteur principal, Adama Diop, qui interprète à la fois Woyzeck et le père, reste énigmatique. A tel point que même la scène du meurtre de Marie ne dégage aucune intensité dramatique. L’émotion ne passe jamais. La seule bonne idée est l’intervention de la vidéo, sur un écran en fond de scène, et celle de la musique, piano-jazz, d’un côté, juke-box et rock de l’autre. Cela fait peu ….

Ce n’est quand même pas fréquent, au Montfort, que l’on voit autant de gens quitter la salle en cours de représentation... Dommage !

Sylvie Chardon

Le Montfort

106 rue Brancion – Paris 15°

www.lemontfort.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)