Actualité théâtrale

au théâtre Les Déchargeurs

"Wish" Du 11 juillet au 31 août

Claudia, responsable commerciale d’une entreprise de maroquinerie haut de gamme, doit rencontrer le PDG d’une chaîne de distribution pour le convaincre de distribuer les sacs Wish. Elle se prépare en faisant quelques exercices qui lui semblent appropriés, mêlant combativité et décontraction, sans se douter que le PDG l’observe avec malice. Entre eux va se développer un combat pour convaincre, pour semer le doute, avec son lot de séduction et de rejet. Mais la pièce n’est pas que le face à face d’une jeune femme ambitieuse et d’un PDG que son âge et sa position sociale rendent sûr de lui, elle fait vivre les questions qui se posent dans l’entreprise aujourd’hui : que faut-il produire pour résister à la concurrence, faut-il se préoccuper des conditions dans lesquelles on produit, s’inquiéter de l’éventuelle toxicité des produits ? Faut-il choisir le luxe et les marques quitte à exclure une partie des clients ? Peut-on encore produire en France ?

Comme dans certaines pièces de Michel Vinaver, il ne s’agit pas d’aborder ces questions de façon didactique, elles apparaissent de façon vivante, contradictoire, sans aucune pesanteur, empreintes d’un humour parfois ravageur, dans le face à face des deux personnages. Et il y a suffisamment de subtilité dans ce débat pour que le doute ne soit pas toujours du même côté ! C’est assez rare dans le théâtre d’aujourd’hui pour mériter que l’on s’y arrête.

Crédit Tesson et Jimenez

La mise en scène sobre de l’auteur Régis Ivanov sert très bien la pièce en focalisant l’attention du spectateur sur les deux personnages. Marion Servole a la jeunesse et la fougue tempérée de réflexion de Claudia, jeune cadre ambitieuse qui cherche l’équilibre entre ses convictions et le désir de plaire pour emporter un contrat. Elle oscille avec bonheur entre les moments de discours stéréotypés et les moments où, un peu déstabilisée, elle cherche et parvient à retrouver son équilibre. Benoit Di Marco campe un PDG au comportement parfois excentrique, qui soulève des questions dérangeantes et s’avère finalement beaucoup plus complexe qu’on ne le soupçonnait. Tous deux sont remarquables.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 21h30.
Théâtre Les Déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)