US Magazine 732 du 15 juin 2013

Voyages scolaires : projet pédagogique à part entière

Si un « voyage » scolaire reste pour les élèves et leurs enseignants un moment inoubliable, c’est aussi
un « parcours du combattant » pour les organisateurs. Peu de voyages sont donc organisés alors qu’une
circulaire d’août 2011 rappelle qu’ils « participent à la mission éducative des établissements ».

Déjà, en juin, on commence à
y penser. Car pour partir, il
faut avoir l’idée (quel
voyage, quel projet pédagogique),
la classe adéquate et,
condition cruciale, les collègues
susceptibles de partir avec vous !
Il faut donc anticiper, prévoir
de demander les mêmes classes,
indiquer le projet... et rappeler
(plusieurs fois) au chef d’établissement
de ne pas l’oublier
au moment de la répartition des
services...

À la rentrée, eurêka... on a la
classe prévue et les collègues.
Le travail commence très vite.
Premier choix : se débrouiller
tout seuls ou choisir un organisme
clés en mains... Moins de
travail bien sûr avec un organisme,
mais moins de latitude et
des choix d’itinéraires ou d’organisation
pas forcément pertinents.
La question cruciale est
celle du coût. Les budgets sont
très serrés en raison du coût des
transports qui a beaucoup augmenté,
que ce soit en car ou en
train. La SNCF est peu coopérative
et les tarifs sont élevés.

On arrive au passage délicat en
conseil d’administration. Et là, chose curieuse, alors que le proviseur
soutient le voyage, des
parents d’élèves le contestent,
trop cher... alors que les parents
concernés sont ravis pour leurs
enfants. Et le port de Rotterdam,
quel intérêt ? Et pourquoi vous
ne faites pas plutôt un échange ?
Et de manière générale, pourquoi
ne pas aller en Angleterre ?
De quoi décourager les plus
enthousiastes.

Possibilité pour tous

Finalement le voyage est (quand
même) voté. Au lycée, une petite
aide du FSE est attribuée. Surtout
l’établissement fait le maximum
et aucun élève n’est laissé de côté pour des raisons financières.
Le voyage est finalisé avec les
collègues au fil des mois, on
ajuste, on calcule et recalcule,
quel musée, quelle visite, où
déjeuner... et comment faire s’il
pleut ? Fin mars, c’est le départ...

Au cours de ces quatre jours de
voyages, on discute avec les
élèves, on se fâche parfois, on rit
aussi... Des moments où les
élèves découvrent les joies du
vivre ensemble, mais aussi les
règles de la vie collective.

Fin du périple. Avec un autre
regard sur les élèves, et des souvenirs
partagés.

Juin déjà, et un nouveau projet
pour l’an prochain !

Autres articles de la rubrique US Magazine 732 du 15 juin 2013

  • Bac STD2A : "Ce n’est plus un bac, c’est une galère !"
    Mère d’une élève en Terminale Sciences et Technologie du Design et des Arts Appliqués, Béatrice Alegre témoigne sur les difficultés que sa fille a rencontré en ayant la malchance de passer son bac à la... Lire la suite (Juillet 2013)
  • Bac 2013 : Peut mieux faire !
    La session 2013 du baccalauréat aura tangué, mais pas sombré, n’en déplaise aux esprits chagrins. Il faudra tout de même faire mieux l’an prochain en matière d’organisation. Bilan d’étape alors que la... Lire la suite (Juillet 2013)
  • Epreuves d’histoire-géographie
    Bac : à programmes impossibles, sujets inaccessibles... La lecture des sujets des épreuves anticipées pour les Premières S et ceux des épreuves terminales pour les ES-L révèlent l’ampleur du... Lire la suite (Juillet 2013)
  • Une rentrée sous tension
    La rentrée scolaire 2013, la première entièrement préparée par le nouveau gouvernement, ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, malgré les promesses de changement du printemps 2012. Malgré le... Lire la suite (Juillet 2013)
  • Professeur documentaliste : Un pas en avant, deux pas en arrière ?
    Depuis décembre 2012, le ministère a engagé des échanges sur le référentiel de compétences. Les interventions du SNES ont permis des améliorations, mais des détournements de la mission des professeurs... Lire la suite (Juillet 2013)