US 712 du 24 septembre 2011

Voie techno : pour une vraie ambition

La réforme de la voie technologique apparaît comme un moyen
de supprimer des postes d’enseignants et de réduire la possibilité
pour les jeunes d’atteindre de hauts niveaux de qualification.

Comme le SNES l’avait annoncé, et malgré
les déclarations ministérielles qui se voulaient
rassurantes, la réforme STI/STI2D, STL, va
bien conduire à une diminution d’élèves,
contribuer à fermer des structures et tarir les
flux d’accès aux BTS industriels, où ces jeunes
auront plus de difficulté à réussir en raison
d’une culture technique moins affirmée.

Ces nouvelles formations pèchent à plusieurs
niveaux : le flou sur les technologies étudiées,
l’absence de l’étude de certains éléments du
cycle de vie du produit comme la fabrication
et la maintenance, une technologie unifiée de
part l’existence du tronc commun.

Afin de palier ces dégradations, le SNES-FSU
exige que les équipements de production
présents dans les établissements soient
conservés et mis au service des enseignants
qui, sur la base des référentiels, y développeront
des travaux pratiques d’atelier. Il
demande que les enseignants interviennent
à la fois sur les enseignements de spécialité et
ceux du tronc commun technologique, et
que ce tronc commun soit sous la responsabilité d’une équipe d’enseignants de spécialités
différentes.

Le SNES-FSU demande une formation lourde
des enseignants sur leur temps de service, dans
le respect de leur discipline de recrutement. Il
exige la réouverture des concours de recrutement
sur les spécialités industrielles dès la session
2012. Il exige l’arrêt des pressions exercées
par les rectorats sur les collègues des disciplines
STI pour qu’ils enseignent en technologie collège
ou en mathématiques sans avoir été formés,
l’arrêt des reconversions forcées, ainsi que le
respect de la discipline d’origine pour les TZR STI.
Compte tenu des conséquences de la réforme
sur les formations industrielles, le SNES-FSU
met en garde le ministère contre le projet de
transposer le schéma de réforme de la STI aux
autres séries de la voie technologique (STG,
ST2S...). Il demande au ministère de faire une
pause avant de réformer ces séries et exige
qu’une vraie ambition partagée soit mise en
oeuvre pour les formations de l’ensemble de la
voie technologique.

Thierry Reygades
d’après le CN des 13-14/09/2011

Autres articles de la rubrique US 712 du 24 septembre 2011

  • Histoire-Géographie en Première
    L’HG au lycée est fragilisée par des programmes qui compriment deux années sur une, par l’existence du tronc commun et par la disparition de la discipline en Terminale S. Le programme de Première... Lire la suite (Septembre 2011)
  • Modularisation des BTS : décret non publié
    Cinq BTS (transport, bâtiment, travaux publics, CRSA, CI) auraient dû être concernés par l’expérimentation de modularisation des référentiels en vue d’attribution de crédits européens ECTS. Cette... Lire la suite (Septembre 2011)
  • Manuels : loi ou ordre moral ?
    Après les députés, 113 sénateurs dénoncent l’entrée de la « théorie du genre » dans les manuels de SVT de Première générale. Ils demandent au ministre Chatel « d’instituer un label “Éducation nationale”... Lire la suite (Septembre 2011)
  • Voie techno : Dégradation confirmée
    Les conditions de mise en oeuvre de la réforme des séries technologiques industrielles et de laboratoire sont inacceptables. Les conséquences de cette réforme sont dramatiques pour l’avenir de... Lire la suite (Septembre 2011)
  • Lycée : Fausse réforme, vraie régression
    La deuxième année de la réforme se traduit par une régression pédagogique pour les élèves : dans des classes aux effectifs de plus en plus lourds, les heures de groupes en effectifs réduits sont rognées... Lire la suite (Septembre 2011)