US 676 du 22 décembre 2008

Voie professionnelle en danger

Le projet ministériel de réforme de la voie professionnelle, dont les textes
réglementaires sont en fin d’écriture, ne se limite pas à la transformation
du parcours « BEP, deux ans » plus « bac pro, deux ans » en un parcours
« bac pro, trois ans » après la classe de Troisième. Il s’agit en fait d’une profonde
mutation de ce qu’est une formation professionnelle initiale.

En effet, la Seconde professionnelle ne sera plus centrée autour de formations à un métier
(comme l’étaient les BEP) mais sera définie à partir de « champs professionnels ». À partir de la
Seconde professionnelle, les élèves pourront s’orienter vers des bacs pro du champ professionnel
en question. Cette modification divise par deux le nombre de spécialités en Seconde...

La réforme de la voie professionnelle, c’est aussi la disparition des formations au BEP. Les élèves
seront tenus de présenter ce diplôme durant leur parcours bac pro (en contrôle en cours de formation)
mais leur résultat n’aura aucune influence sur leur poursuite de formation. Quelle sera la
reconnaissance de cette certification en terme de qualification par les entreprises ?

Cette réforme est aussi, pour le ministère, l’occasion d’affirmer que les bacheliers professionnels
doivent pouvoir poursuivre des études supérieures, notamment en BTS, avec de réelles chances
de réussite. Ce qui est louable. Mais cela s’accompagne d’une réflexion sur des champs de formation
plus larges, moins professionnels, et donc d’une diminution du nombre de spécialités de bac pro.

Enfin les arrêtés concernant les grilles horaires, même si l’action de la FSU au conseil supérieur de
l’éducation a évité une totale déréglementation, prévoient des horaires élèves définis globalement
sur les trois années de formation et une partie des heures enseignants (pour les dédoublements)
mise à la disposition des établissements sans contrainte sur leur utilisation.

Diminution d’un an du temps de formation, regroupement des formations par champs professionnels,
suppression de fait du BEP, gestion locale des moyens horaires : c’est, à terme, plus
d’un quart des moyens de la voie professionnelle qui risquent d’être supprimés, et avec eux, un
quart des postes enseignants en lycée professionnel.

On le voit, la réforme de la voie professionnelle reconstruit en fait la voie technique des années 70. Mais que vont faire les jeunes, déjà en difficulté, qui vont se heurter à l’échec scolaire dans ces formations
 ? Ce n’est certainement pas l’implantation de quelques sections de CAP en lycée professionnel qui résoudra ce problème !

Thierry Reygades

Autres articles de la rubrique US 676 du 22 décembre 2008

  • Lycée : pourquoi refuser le projet Darcos ?
    C’est un projet piloté par la RGPP et le budget qui va à l’encontre des objectifs de démocratisation. On ne peut pas faire réussir plus de jeunes en supprimant des postes d’enseignants, en diminuant... Lire la suite (Décembre 2008)
  • Communiqué du groupe Technologie
    Après avoir dénoncé par courrier à la DGESCO et aux IG, avec d’autres organisations syndicales et l’AEAT, les conditions inacceptables de la mise en oeuvre du programme et la nouvelle orientation... Lire la suite (Décembre 2008)
  • Réaffirmer la nécessité du développement de la voie technologique
    Suite à l’annonce ministérielle de report de l’application de la réforme des lycées et de la reprise de la réflexion sur l’ensemble du cycle Seconde, Première, Terminale, la question de l’architecture... Lire la suite (Décembre 2008)
  • Lycée : Le ministre cède
    Alors qu’il devait présenter mardi 16 décembre son projet de nouvelle Seconde générale et technologique, le ministre a annoncé la veille qu’il renonçait à toute mise en oeuvre d’une réforme à la rentrée... Lire la suite (Décembre 2008)
  • Certifications : Langues marchandes
    Officialisées par décret en 2005 et d’abord expérimentées en allemand, les certifications se sont étendues depuis à l’anglais et à l’espagnol pour tous les élèves volontaires des classes européennes.... Lire la suite (Décembre 2008)