Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Tsai Ming Liang (France-Chine)

"Visage" Sortie en salles le 4 novembre

Un réalisateur chinois vient réaliser à Paris une adaptation de "Salomé" d’Oscar Wilde, mais au cours du tournage, sa mère meurt et son deuil le rend inopérant. La productrice est déstabilisée et les acteurs cherchent à garder le fil du travail déjà engagé. L’acteur fétiche de Tsai Ming Liang est à la fois ce réalisateur et l’acteur qui interprète Jokanaan martyrisé. Jean-Pierre Léaud est Hérode et c’est Laetitia Casta qui interprète le rôle-titre.
"Visage" est avant tout un hommage à la nouvelle vague française, et plus particulièrement à François Truffaut. Les présences de Jean-Pierre Léaud -qui se nomme ici Antoine-, de Fanny Ardant, de Nathalie Baye et de Jeanne Moreau sont là pour en témoigner ainsi que la construction du film, une image et un décor qui le font sans cesse osciller entre réel-vraisemblable et irréel. Et lui donnent une vision très personnelle de l’esthétique cinématographique.
Priorité est donnée aux acteurs et à leurs visages. Pour Tsai Ming Liang, qui avait fait appel à lui dans un de ses précédents films "Et là-bas quelle heure est-il ?", Jean-Pierre Léaud est l’acteur majeur depuis des décennies, celui dont le visage contient tout le sens du cinéma. C’est vrai que ce visage est à la fois pathétique, grave et si malicieux.
Laetitia Casta à été choisie pour interpréter Salomé non pas pour ses talents d’actrice même si ils sont indéniables, mais parce qu’elle est mannequin et c’est en mannequin qu’il la filme. Autour d’elle se sont mobilisés Philippe Découflé pour la chorégraphie et Christian Lacroix pour des robes somptueuses.
Fanny Ardant promène sa silhouette élégante dans des décors vitrés.
Le propos de Tsai Ming Liang est à découvrir dans une suite de séquences heurtées, souvent lentes, toujours magnifiquement filmées. Ce moment d’interruption du tournage est l’occasion d’un hommage au mythe de Salomé et au portrait du Saint Jean Baptiste de Léonard de Vinci. Il nous conduit dans des régions inconnues du Musée du Louvre, des couloirs de services, des souterrains, des jardins et des bassins.
Le film commence par l’étonnante séquence d’une inondation alimentée par une gigantesque fuite qui petit à petit gagne la totalité de l’appartement jusqu’au lit de la femme moribonde. Il se termine par un long plan fixe, au centre duquel un bassin rond et deux hommes qui apprivoisent le renne, figurant récurent du récit.
"Visage" est un film produit en partie par le musée du Louvre. Le fait que ce soit une commande n’a pas assagi Tsai Ming-Liang. Il a gardé toute cette liberté créative qui a toujours marqué son cinéma.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)