Actions

Versailles : Audience au rectorat (vendredi 8 octobre 2004)

Compte-rendu de la réunion Non Titulaires

au Rectorat : 6 octobre 2004.

Suite à nos demandes réitérées d’un GT sur la situation des personnels non titulaires dans l’Académie, le Recteur s’était engagé à réunir l’ensemble des organisations syndicales sur ce sujet.

La réunion a donc eu lieu le mercredi 6 octobre, en présence de M.TURION, secrétaire général du Rectorat, M.LASSERRE, DRH et Mme PRUNAC, chef de la DAE.

Pour le SNES siégeaient : Marie-Damienne ODENT, Laurent BOIRON et Claudine BUR.

Cette réunion a d’abord permis de faire le point sur le recrutement des non titulaires depuis la rentrée :

Au 1er septembre il y avait 247 MA garantis d’emploi affectés sur les 300 environ qui restent dans l’académie ;

Au 17 septembre, 1113 contractuels avaient été recrutés et affectés sur structures. Il reste donc 667 contractuels en poste en juin 2004 qui n’ont pas été réemployés.

A cette même date, 251 vacataires ont été embauchés, soit sur structures vacantes, soit sur suppléances. Le rectorat dénombre à ce jour 736 personnels vacataires sans emploi.

667 contractuels plus 736 vacataires, c’est donc plus de 1400 de nos collègues qui sont aujourd’hui sans emploi !

Par ailleurs, les perspectives de recrutement sont très variables suivant les disciplines : si dans certaines les besoins de remplacement risquent de se faire rapidement sentir (en particulier dans les disciplines scientifiques), dans d’autres, au contraire, il n’est prévu quasiment aucun recrutement de contractuels : c’est le cas notamment des lettres modernes et de l’espagnol.

Mais, dans l’ensemble des disciplines l’essentiel des propositions qui pourront être faites seront des vacations

Nous avons bien évidemment dénoncé cette situation et réclamé le réemploi de tous les non titulaires recrutés par l’Administration.

Concernant les modalités de recrutement, l’Administration a confirmé prendre contact prioritairement avec les collègues les plus anciens, mais tenir compte également de l’éloignement entre le support disponible et le domicile du collègue. Nous sommes intervenus pour faire remarquer que, dans la situation actuelle, la plupart de nos collègues sont sans doute prêts à accepter une affectation, même très éloignée.

Nous avons réaffirmé notre demande de création d’un barème clair et de mise en place d’un groupe de travail paritaire afin que les affectations puissent se faire dans la plus grande transparence. Une fois encore l’Administration a répondu par la négative, expliquant qu’il s’agirait là d’un système beaucoup trop lourd.

En revanche, le Secrétaire général s’est engagé à entamer une réflexion concernant un échange entre l’Administration et les représentants des personnels sur les avis défavorables au réemploi émis par les IPR. Il nous a d’ailleurs été confirmé qu’une liste des collègues ayant eu un avis défavorable de leur chef d’établissement avait été adressée aux IPR afin qu’ils donnent leur avis . Nous avons insisté pour que les collègues soient informés de cette situation et pour qu’un avis défavorable ne puisse être rendu qu’après une rencontre entre le collègue concerné et l’IPR .Nous avons de nouveau réclamé la mise en place pour les contractuels d’une commission paritaire de type CACMA telle qu’elle existe pour les MA.

Enfin, à propos des indemnités chômage, le Rectorat a affirmé vouloir se rapprocher au maximum de la durée de deux mois jugée " incompressible " pour le versement des indemnités. A ce jour, selon la DAPER 4( service indemnisation chômage) , le délai est compris entre trois mois et trois mois et demi, ce qui est présenté comme une amélioration par rapport à l’an dernier. Nous avons évidemment dénoncé cet état de fait qui place souvent nos collègues dans des situations financières désastreuses : nous avons réclamé que la cellule chômage du Rectorat dispose des moyens nécessaires, sans redéploiement interne des personnels du rectorat, pour limiter au maximum le délai d’indemnisation.

La DAPER a mis en place un répondeur enregistreur pour que tous les collègues puissent exposer leur situation et ainsi être contactés le plus rapidement possible par les gestionnaires. C’est en particulier le cas pour les collègues qui n’auraient pas encore reçu le justificatif de prise en charge leur permettant de s’inscrire au concours interne.

Pour toutes ces raisons, il nous faut poursuivre l’action afin d’améliorer la situation des personnels non titulaires, dans l’académie de Versailles comme au plan national.

C’est pourquoi le SNES appelle à une nouvelle journée d’action mercredi 13 octobre.

Venez-y nombreux !

Marie-Damienne ODENT Laurent BOIRON

RASSEMBLEMENT MERCREDI 13 OCTOBRE

PLACE Edouard HERRIOT ( Métro Assemblée Nationale) à partir de 14h00

Jean-Marie Barbazanges

Autres articles de la rubrique Actions