Actualité théâtrale

Théâtre du Lucernaire, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 7 juin 2014

"Une passion simple" d’Annie Ernaux Mise en scène Jeanne Champagne.

" La chambre, la nuit, le jour" est un spectacle que Jeanne Champagne a créé à Equinoxe, Scène nationale de Châteauroux où elle est artiste associée.

"Passion simple" en est le premier opus. C’est une exploration vers l’absolu de la passion amoureuse.

Dans sa chambre, une femme comme une autre (elle vit seule en banlieue, elle est enseignante) attend le plus clair de son temps, près du téléphone, que la sonnerie retentisse pour lui annoncer la visite de l’homme dans les bras duquel elle connaîtra le plaisir intense, l’extase de l’emportement charnel.

Cette relation avec un homme d’origine étrangère (il vient d’un pays de l’Est et semble assurer une mission pour une période donnée en région parisienne), marié (ce qui interdit à la femme de lui téléphoner ou de lui écrire) ne dépend que de ses seules disponibilités et de son désir à lui.

Il y a, pour elle, dans l’attente (elle hésite à utiliser tout appareil bruyant, l’aspirateur et la radio, par exemple, de crainte qu’ils ne couvrent la sonnerie du téléphone, comme elle réduit autant que possible ses activités hors de chez elle) un mélange de souffrance dans l’impatience et de plaisir à anticiper les élans de la prochaine rencontre.

Entre le moment où sont fixés le jour et l’heure du rendez-vous et l’apparition de l’homme dans le couloir de son appartement, où se situe le moment présent ? s’interroge-t-elle.

Et lorsque l’amant est là, alors qu’elle s’est débarrassée de sa montre pour nier le passage du temps, il lui arrive, quand elle va chercher des glaçons dans la cuisine, de lancer un regard vers la pendule. Plus que deux heures, plus qu’une, plus que quelques minutes avant que n’arrive le moment de se séparer et celui de lancer à nouveau le processus de l’attente.

Annie Ernaux a écrit sur le sujet un texte ciselé dont chaque mot sonne juste pour rendre autant le plaisir que la frustration.

" Passion simple" n’est pas une histoire d’amour ordinaire, n’est pas une histoire d’amour tout court. C’est l’autopsie du plaisir à venir, consommé et déjà passé.

Et qu’importe si l’amour fou conduit à une dépossession de soi, à une lente mais voluptueuse dérive.

Marie Matheron, fine comédienne trop rare, interprète la femme.

La mise en scène de Jeanne Champagne respecte la rigueur dictée par le texte et la grande justesse du propos.

Un spectacle sensible où la douceur de l’impatience se mêle à celui du plaisir.

Un beau moment de théâtre.

Francis Dubois

Le Lucernaire, 53 rue Notre Dame des Champs. 75 006 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Cendrillon »
    A la mort de sa mère, une très jeune fille croit l’entendre lui demander, si elle veut espérer la garder quelque part à ses côtés, de ne jamais cesser de penser à elle plus de cinq minutes. Elle suit... Lire la suite (Juin 2017)
  • Cirque Romanès
    "Si tu m’aimes plus, je me jetterai par la fenêtre de la caravane" , nouvelle création du cirque tsigane Romanès, nous fait revivre un cirque des origines, fragile et gracieux, où la moindre... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Intimité publique »
    Les lettres et les journaux intimes révèlent la personnalité d’un écrivain, des moments particuliers de sa vie et aussi ses questionnements littéraires. Le cycle Intimité publique présente sous forme... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Clair de femme »
    Ils se heurtent sur un trottoir, lui dont la femme est en train de mourir d’un cancer, elle dont la petite fille est morte dans un accident de la voiture que le père de l’enfant conduisait. Ils vont... Lire la suite (Mai 2017)
  • « L’Ombre de Stella » de Pierre Barillet
    Une nouvelle critique pour une pièce déjà évoquée : « L’ombre de Stella » Auteur de pièces devenues des classiques du théâtre de Boulevard telles « F leur de Cactus » ou « L’or et la paille » , Pierre... Lire la suite (Mai 2017)