Actualité théâtrale

Théâtre Arts de la rue

"Une cerise noire" 5 juin à 22h30 jardin des Tuileries - 9 juin Evreux - 23 juin Marseille - 29 août Valras Plage - 13 octobre La Ciotat, etc.

Le 5 juin à 22h30 à l’Espace Feuillant au jardin des Tuileries (Place de la Concorde)
Puis le 9 juin à Evreux, le 23 juin à Marseille, le 29 août à Valras Plage, le 13 octobre à La Ciotat, etc.

Grand succès du festival des Arts de la rue d’Aurillac, le nouveau spectacle de la Française de comptage propose d’assister au tournage d’un film et à sa diffusion en direct. C’est comme un DVD inversé où l’essentiel est le making-of et le film le bonus. 21 comédiens et techniciens évoluent sur un camion-studio qui permet de tourner, dans quatorze décors différents, un polar qui se joue des codes du noir avec privé désabusé, femme fatale, jolie secrétaire dévouée, policier obtus et Le Méchant. L’équipe de tournage est à l’image du film avec star capricieuse, vedette vieillissante et alcoolique. La ville et ses façades entrent dans les décors et le public devient figurant pour une scène de congrès électoral. Il assiste aux répétitions, aux réglages techniques, aux trucages, aux changements de décor, tout l’envers du film qu’il découvre, à la fin, sur grand écran. Avec ce spectacle qui exige une précision exceptionnelle, la troupe rend un émouvant hommage au cinéma noir des années 40-50 et aux réalisateurs capables de créer une ambiance et de réaliser les films dont ils avaient envie avec l’aide d’une équipe fidèle de techniciens, acteurs et producteurs. C’est plein d’humour et d’imagination. Les spectateurs ne quittent pas des yeux les comédiens et techniciens, admirent leur prouesse et se plongent avec délice dans cette mise en abîme. C’est original et fascinant.

Micheline Rousselet

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)