Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 3 juin 2012

"Un mage en été" d’Olivier Cadiot, mise en scène Ludovic Lagarde avec Laurent Poitrenaux

Laurent Poitrenaux est un immense comédien, peut-être un des plus grands de sa génération. C’est en tout cas ce qui se confirme quand on le regarde faire l’acteur, seul en scène, pendant une heure et demie, sur le plateau de la salle Renaud – Barrault du Théâtre du Rond-Point, habituellement réservée à de vastes mises en scène ou à la présence de "valeurs sûres" du One man show, tels Fellag ou Christophe Alévèque.

Photo Giovanni Cittadini Cesi

"Au moins", disait une dame à son amie, après la représentation, "ça change de ce qu’on a l’habitude de voir". Et dans la bouche de cette personne, sans doute rodée au théâtre, sans doute spectatrice avertie et curieuse, la remarque, candide et précise, prenait valeur de compliment.
Elles avaient, elle et son amie, avec les 750 autres spectateurs ce soir-là, été sous le charme à la fois d’un genre renouvelé et de la performance du comédien.
Laurent Poitrenaux qui avait si magnifiquement servi l’ "Ebauche d’un portrait" d’après le journal de Jean-Luc Lagarce au Théâtre Ouvert, s’empare ici du texte complexe d’Olivier Cadiot qui plonge avec tendresse et infiniment de poésie dans l’âme humaine, et par sauts de puces, dans les pensées d’un homme, ses cheminements d’idées au hasard d’"un coq à l’âne" savoureux et cohérent.
Le texte est là et bien là, solide et construit dans l’éclatement. On l’écoute avec attention et intérêt mais c’est surtout l’acteur qui fascine, sa présence sur l’immense plateau, sa gestuelle précise, inventive, toujours inattendue, toujours renouvelée, la délectation avec laquelle il savoure chaque phrase avant de nous la restituer, chargée de plaisir, du sien à la dire sur tous les tons, sans jamais déborder la ligne, ni réduire, jusqu’au nôtre quand on est saisi dans notre fauteuil et qu’on se laisse porter par l’immense (et modeste) artiste, comédien authentique s’il en est, pris dans son espace de lumière avec comme seuls accessoires, les expressions qui modulent son visage, ses gestes coulés, l’ironie et la malice de l’intelligence.
Il faut courir voir ce spectacle, il faut sauter sur l’occasion qui nous est donnée d’applaudir un spectacle superbe, le travail ciselé d’un vrai artisan du théâtre.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt
75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)