Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 avril au Théâtre de l’Épée de Bois

« Talking heads II »

La vie de Miss Fozzard semble bien réglée, entre son emploi de vendeuse et son frère Bernard paralysé à la suite d’un AVC, tout comme la vie de Mrs Horrock, occupée à tailler ses haies en surveillant par au-dessus ce qui se passe alentour, tandis que son mari rêve de partir vivre à Marbella pour y jouer au golf, avec l’espoir d’y rencontrer Sean Connery. Mais dans ce quotidien étriqué sont tapis des petits grains de folie, les longues séances chez le pédicure occasionnées par un goût immodéré pour les escarpins pour la première, l’amitié avec une voisine qui a tué un mari qui la livrait à d’autres hommes, pour la seconde.

Théâtre : talking heads II

Alan Benett, auteur pour le théâtre, la BBC et le cinéma (scénariste de Stephen Frears) est un observateur aigu et insolent des désarrois et de la médiocrité de la middle-class anglaise, qu’il dépeint dans des sketches souvent hilarants. Claude Bonin a choisi de mettre en scène, en parallèle et non l’un à la suite de l’autre, deux des monologues de Talking heads II , écrits pour une série de portraits à la BBC  : Femme avec pédicure et Nuits dans les jardins d’Espagne . Dans chacun une femme remet en cause, par un petit pas de côté, le monde stéréotypé et clos dans lequel elle semble enfermée, et l’on passe d’un monologue à l’autre avec une fluidité surprenante. Deux univers en parallèle avec des rencontres muettes autour de la boîte aux lettres rouge, avec un fondu au noir pour passer d’une scène à l’autre. Deux décors astucieux, un escarpin géant pour Miss Fozzard, une haie qui peut se déconstruire pour Mrs Horrock, deux actrices aussi, toutes deux excellentes. Emmanuelle Rozes est une miss Fozzard qui s’épanouit peu à peu, qui dénoue ses cheveux et se laisse glisser avec sensualité sur l’escarpin. Bénédicte Jacquard, que l’on prend de prime abord pour une commère, révèle peu à peu une capacité d’empathie et un jugement ironique sur son entourage.

Le spectacle est extrêmement drôle, brillant et plein de fantaisie. Le non-sense et l’humour anglais, parfois très noir, y sont rois, avec juste une pointe d’acidité, comme celle qu’apporte le citron dans le thé.

Micheline Rousselet

Jeudi, vendredi et samedi à 20h30, samedi et dimanche à 16h

L’Épée de Bois

La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre

75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)