Articles US 2012-2013

TICE - Ressources ou fondement ? (US mag 727 du 26/01/2013)

Depuis l’option informatique au lycée des années 90 jusqu’aux débats actuels sur l’influence du numérique dans le rapport aux savoirs et à la structuration de la pensée, le paysage a profondément changé.

L’intégration des outils informatiques dans les enseignements a conduit à des modifications importantes dans les pratiques enseignantes et les contenus des disciplines, en particulier en information-documentation.
Les enjeux touchent aux contenus, à la construction des savoirs, mais aussi à la liberté individuelle.

Les Espaces Numériques de Travail (ENT) et les outils numériques (comme le cahier de texte) posent question : rapports avec la hiérarchie administrative et pédagogique, les parents et les élèves ; relations dans l’équipe éducative ; travail « collaboratif », partage d’expérience et de pratique ; respect de la propriété intellectuelle…

Réseaux sociaux, listes de diffusion, bases de données et bibliothèques virtuelles changent l’accès à l’information (confondu avec l’accès à des connaissances), mais aussi le statut de ces informations. Tout semble immédiatement à portée de main, pour tous, sans préalable et sans effort.

Cependant, tout n’est pas si simple...

L’École doit donner aux « petites poucettes(1) » de Michel Serres les moyens de dépasser cette apparente facilité, cette liberté qui se transforme en miroir aux alouettes pour qui n’a pas appris à l’utiliser correctement.
Le second degré peut-il s’affranchir d’une « révolution numérique », déjà en marche depuis plusieurs décennies ? Comment prendre en compte ce nouveau rapport au monde qu’induisent les « nouvelles technologies » pour penser différemment l’entrée dans les apprentissages et leur nature même ?

(1) Petite poucette, Michel Serres, cf. Entretien dans L’US Mag 723, septembre 2012.

Pairform@nce

Dispositif national d’e-formation mis en place en 2008 par la DGESCO, il propose des parcours alternant formation à distance et en présence, et permettant le travail entre « pairs ».
Déjà « l’accompagnement » de la réforme en STI2D en montre les dérives : des collègues se sont vus reprocher un temps passé et un nombre de connexions à la plate-forme insuffisants ou encore une production insuffisante de documents. Malgré son intérêt, un tel outil ne peut régler le problème de la formation continue qui exige d’être inscrite dans la durée.

Autres articles de la rubrique Articles US 2012-2013