Actualité théâtrale

Saison 2014-2015

THÉÂTRE DE L’AQUARIUM CARTOUCHERIE partenaire Réduc’Snes

Du 23 au 28 septembre. Dramaturgie algérienne, Paroles d’aujourd’hui.

Théâtre, lectures, performances, rencontres, récital.

Un spectacle : "End /Igné" de Mustapha Benfodit. Adaptation et mise en scène Kheireddine Lardjam.

Moussa qui travaille à la morgue, a pour mission de bichonner les morts, de les préparer pour leur dernier voyage. Un jour, il se retrouve face au cadavre de son meilleur ami, Aziz, un bloggeur militant et risque-tout qui vient de s’immoler devant ses juges…

Autour du spectacle et dans le cadre de "Dramaturgie algérienne. Paroles d’aujourd’hui" des performances :

"L’antilivre" de Mustapha Benfodit, mardi 23 sept. à 19h.

" Le monde dort dans une femme arabe" conçue à partir de textes d’autrices algériennes le vendredi 26 sept. à 19h.

Des rencontres à l’issue du spectacle avec Mustapha Benfodit et ou l’équipe artistique.

Une lecture-rencontre le samedi 27 sept à 18h avec Maïssa Bey romancière et dramaturge.

Un récital samedi 27 à l’isse de la représentation de "End /Igné " de Larbi Bestam chanteur et luthiste, Grand Maître de la musique Diwane.

Une lecture dimanche 28 sept à 16h 30 des pièces des autrices Hajar Bali et Randa El Kolli suivie d’un débat sur la jeune dramaturgie algérienne.

Du 1er au 30 novembre " Avant l’oubli, se retrouver" deux spectacles (à voir en intégrale ou séparément).

" Peggy pickit voit la face de Dieu" de Roland Schimmelpfennig, mise en scène Aurélie Van Den Daele.

Deux couples d’amis qui se sont connus alors qu’ils étaient étudiants en médecine, se retrouvent le temps d’une soirée. L’un a choisi de fonder une famille. L’autre revient d’une longue mission humanitaire en Afrique…

"Dans les veines ralenties " d’Après "Cris et chuchotements d’Ingmar Bergman. Texte Elsa Granat. Mise en scène Aurélie Van Den Daele.

La grave maladie d’Agnès réclame ses sœurs à son chevet. Histoire d’une fratrie empoisonnée par les non-dits, les jalousies, les empêchements…

Du 3 janvier au 1er février "La place royale " de Pierre Corneille, mise en scène François Rancillac.

Le beau, riche et noble Alidor aime passionnément la belle, riche et noble Angélique qui lui rend bien son amour.

Tout irait pour le mieux mais Alidor, s’il ne veut pas perdre son amour, souhaite rester maître de lui-même, libre et souverain.

Une comédie de Corneille, d’énergie et d’insolence portée par une langue flamboyante autant qu’acérée…

Du 3 au 15 février "Tristesse animal noir" de Anja Hilling, mise en scène Guy Delamotte.

Les protagonistes du récit sont, à priori, amis pour la vie et sans réserves. Mais le barbecue qu’ils ont organisé en forêt vire au drame.

Pendant leur sommeil, une brindille mal éteinte s’est enflammée et déclenche un incendie. Pris au piège au milieu des flammes, chacun vit l’effroi absolu.

Pour les survivants, plus rien ne sera comme avant.

Du 3 au 29 mars " En attendant Godot " de Samuel Beckett mise en scène Jean-Lambert-Wild, Lorenzo Malaguerra et Marcel Bozonnet.

Chassés de leurs pays par la guerre et la famine, des millions d’individus fuient et n’ont d’autre choix que l’exil. Certains vont s’engluer dans des moments terribles, attente d’un passeur, d’un visa, d’un renvoi au pays d’origine.

Vladimir et Estragon pourraient être de ceux-là, près d’une route, sous un arbre dans l’attente de quelqu’un ou de quelque chose qui leur est nécessaire pour aller ailleurs, vers la vie rêvée ?

C’est drôle, c’est absurde. C’est réel.

Du 7 au 19 avril " Tu oublieras aussi Henriette".

Une fantasmagorie librement inspirée de "L’histoire de ma vie" de Casanova, rêvée et interprétée par Corine Miret, Jean-Christophe Marti et Stéphane Olry (auteur du texte et metteur en scène).

Un compositeur d’opéra rencontre chaque jour à la terrasse d’un café une jeune femme rousse qui lit "Ulysse " de Joyce. Elle refuse de s’engager en quoi que ce soit et son seul objectif est de ne rien laisser derrière elle.

Un auteur vénitien qui collectionne les aventures, rencontre un jour, la belle Henriette, jeune aristocrate qui a fui le château conjugal et se dissimule sous des vêtements d’homme.

Trois mois de folle passion mais un beau jour, Henriette se volatilise…

Du 7 au 17 mai " Carte blanche à Ariane Ascaride"

Entourée de complices, l’écrivaine Marie Desplechin et Thierry Thieu Niang (danseur, chorégraphe et metteur en scène), la comédienne Ariane Ascaride reprendra trois de ses lectures favorites, présentera son premier film et créera la version définitive de son auto portrait théâtral :

" Touchée par les fées " Texte de Marie Desplechin, mise en scène Thierry Thieu Niang.

Ariane Ascaride raconte son enfance, son père coiffeur d’origine napolitaine qui dirigeait une troupe de comédiens amateurs marseillais, sa rencontre avec Noureev…

Autour du spectacle, plusieurs manifestations auront lieu :

Le 10 mai à 13 heures : " Algérie, je t’écris". Thierry Thieu Niang dansera sur la lecture de témoignages poignants.

Le 14 mai à 18h "Les années d’Annie Ernaux " Une fascinante autobiographie traverse toute la seconde moitié du XXème siècle.

Le quatuor à cordes Léonis vagabondera de la chanson d’après-guerre au rock d’aujourd’hui.

Le 17 mai à 13h, Ariane lit Serge Valetti, marseillais comme elle, dramaturge à la verve truculente.

Le 16 mai à 18h (Entrée libre) projection du film d’Ariane Ascaride " Ceux qui aiment la France" (2010)

Du 18 au 28 juin : Festival des Écoles du Théâtre public à La Cartoucherie, sixième édition.

Pour venir à la découverte de "spectacles de sortie" par lesquels les jeunes comédiens formés durant trois ans dans une des "onze écoles nationales supérieures d’art dramatique" de France se montrent enfin au public et aux professionnels.

EN PISTE !

Participez en amateur :

- Aux ateliers du week-end qui auront lieu les 15 et 16 novembre, les 17 e 18 janvier, les 14 et 15 mars, les 18 et 19 avril.

- Aux cycles d’écriture en partenariat avec le Centre Maurice Ravel qui auront lieu le 15 novembre, le 10 janvier, le 7 mars et le 4 avril…

Avec des rencontres, des répétitions ouvertes, des visites de théâtre, des ateliers de pratique artistique (en classe ou sur les plateaux), le Théâtre de l’Aquarium entretient un dialogue permanent avec les enseignants.

Les artistes, les concepteurs, les techniciens du théâtre se feront une joie de transmettre aux élèves (avant ou après les représentations) leurs expériences et la passion qu’ils ont pour leur métier.

Théâtre de l’Aquarium – Route du Champ de Manœuvre- Cartoucherie- 75 012 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 74 72 74

www.theatredelaquarium.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Anne Baquet, soprano en liberté »
    Une soprano à la voix magnifique, c’est ce qu’on attend, mais quand en plus elle est rieuse, joueuse, sensuelle, bourrée d’énergie et d’humour et qu’elle forme un duo très drôle avec sa pianiste Claude... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Monsieur de Pourceaugnac »
    Á Paris Eraste et Julie sont épris l’un de l’autre, mais Oronte le père de Julie a décidé de la marier avec un riche gentilhomme limousin, Monsieur de Pourceaugnac. Pour faire échouer ce projet une... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Colette et l’amour »
    C’est à un « cabaret littéraire » que souhaite nous convier Philippe Tesson. On pense plutôt à une conversation animée qui fait vivre le personnage de Colette et son entourage, une Colette gourmande,... Lire la suite (Juin 2017)
  • « French touch »
    Au moment où la campagne électorale a fait résonner à nos oreilles la vieille antienne de la mise en danger de notre culture par ce qui vient de l’étranger, entendez par là le Sud de la Méditerranée,... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Liebman renégat »
    L’acteur et humoriste belge Riton Liebman (entre autre dans Polisse de Maïwenn) a choisi de parler de son père, Marcel, brillant intellectuel de gauche belge, professeur d’université, juif marxiste... Lire la suite (Juin 2017)