Anciens Programmes

Série STG : demandez le programme !


Série STG : demandez le programme !

Dans une indifférence remarquable, entre vacances tournantes et mouvements de contestations, s’est déroulée une consultation : celle sur les programmes de STG. Ces programmes ont été élaborés dans des conditions que nous avons dénoncées : délais impartis très courts, groupe de travail restreint et comportant très peu d’enseignants, ignorance de la culture , des besoins et des particularités de ces élèves.
Les résultats obtenus ne sont pas surprenants : le groupe de travail n’a pas voulu renoncer à la séparation entre histoire et géographie, peu pertinente pour ces élèves. Ce refus d’en revenir à ce qui avait pourtant bien fonctionné, la « connaissance du monde contemporain », a obligé le groupe à des contorsions intellectuelles (car certains contenus de savoir, certains thèmes, seraient tellement plus simples à enseigner si on les prenait dans leur globalité géographique et historique ! La notion de puissance des Etats-Unis par exemple, l’émergence de la Chine). Plus grave : le groupe s’est contenté de décliner les contenus des séries générales.
Nous avions marqué nos désaccords sur ces programmes dans une première rencontre avec le groupe en novembre. Certaines aberrations ont été supprimées. Le principe d’une séparation de chaque thème en deux parties, une obligatoire, une au choix, nous convient bien. Mais ces programmes restent profondément insatisfaisants :
- Ils sont d’une lourdeur démentielle dans ces classes, d’autant qu’il n’y a pas de questions au choix, mais simplement le choix entre des déclinaisons de questions obligatoires. Ils sont plus lourds que maintenant, et infaisables, vu la complexité des notions abordées. On ne peut penser que dans ces classes, tracer les grandes lignes, ou tracer à partir d’une carte ou d’une frise chronologique, économise du temps, car ces opérations qui paraissent simples demandent en fait beaucoup d’implicites. Un cours synthétique reste hermétique pour les élèves s’ils n’ont rien pour y entrer..
- Pourquoi ne pas nous laisser la possibilité d’introduire la préparation d’un dossier « hors-programme » au choix de l’enseignant, pour tenir compte de l’actualité, de l’intérêt des élèves ?
Il n’y aucune confrontation entre des légitimités, des approches différentes, aucun espace de débat. A quel moment les élèves pourront-ils comprendre ce qu’est un acteur, et la complexité des choix qu’il a à faire ?

Nous le répétons : l’approche choisie par le précédent groupe d’expert pour les programmes de CAP nous semblait prometteuse : questions intéressantes, ouvertes sur l’expérience des élèves, mais de haut niveau, choix de la confrontation systématique entre différents points de vue, différents acteurs. Pourquoi diantre ne pas avoir repris cette approche ?

Autres articles de la rubrique Anciens Programmes