Archives

jusqu’au 17 mars

Salina au Théâtre du Lierre

Salina, le personnage mythique crée par Laurent Gaudé, nous parle du conflit entre frères, du désir des hommes, de l’exil, de la recherche des origines, d’un enfantement sans père, du pouvoir mais aussi de la faiblesse des mères. La mise en scène fait la part belle à la recherche musicale, le musicien Marc Lauras étant directement associé à la dramaturgie. Le côté sauvage des situations est renforcé par l’évocation des éléments grâce à la musique et par les costumes, bijoux et coiffures qui rendent le spectacle très beau.
Salina se déroule dans un espace imaginaire, dans un pays balayé par un vent chaud, où s’affrontent des clans sur une terre désertique. Salina est arrivée un jour, bébé épuisée de sanglots, dans les bras d’un inconnu venu d’ailleurs, qui n’était pas son père, et qui l’a laissée dans ce village où le chef du clan des Djimba l’a recueillie. Objet d’amour, sa rébellion aux règles du clan va la conduire à être rejetée, exilée, à devenir un bloc de haine, à engendrer un enfant sans père pour en faire l’instrument de sa vengeance. Et c’est par le don d’un autre enfant qu’elle parviendra à retrouver la paix tout comme le clan des Djimba. On pense aux grands mythes, à l’Illiade, à Médée, au Mahabarata. Le spectacle va donc faire se rencontrer le mythe et l’épopée, le mythe en embarquant le spectateur dans un monde d’archétypes qui va stimuler son imaginaire, l’épopée en s’adressant directement au spectateur. Le texte de Laurent Gaudé alterne les scènes dialoguées, où s’expriment les passions humaines, et les récits, contés par les vivants comme par les morts, et qui ont un caractère épique. Pour le metteur en scène, ces récits sont un décrochage par rapport à l’action qui domine dans les scènes dialoguées, une façon d’introduire la durée, l’épopée et que la musique accompagne. Marc Lauras a conçu une musique en prise directe avec le drame. Il est sur le plateau figurant un personnage errant qui accompagne les récits avec son violoncelle et ses instruments étranges, fournissant le « contrepoint » à l’écriture littéraire. Les chants, proches des musiques ethniques, contribuent à créer une atmosphère étrange et pourtant connue qui convient bien au drame mythique qui nous est conté. Farid Paya, le metteur en scène a choisi des acteurs qui sont aussi des chanteurs. Il les a fait largement travailler sur la musique du texte. Tous mériteraient d’être cités, même si l’on retient particulièrement Ariane Lagneau, qui campe une Salina inoubliable. Micheline Rousselet

Salina
De Laurent Gaudé. Mise en scène Farid Paya. Musique Marc Lauras
Avec Aloual, Pascal Arbeille, Guillaume Caubel, Marion Denys, Rosaline Deslauriers, Sonia Erhard, Ariane Lagneau et Anthony Moreau

Théâtre du Lierre
22 rue du Chevaleret, 75013 Paris
Mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 19h30, dimanche à 15h30
Réservations (partenaire Réduc’snes tarifs réduits sur réservation impérative, 13 euros au lieu de 18, 11 euros pour tous le mercredi) : 01 45 86 55 83
www.letheatredulierre.com

Autres articles de la rubrique Archives