US 725 du 1er décembre 2012

STI2D : au royaume du double langage !

Le gouvernement reconnaît le caractère inacceptable de la réforme
mais sur le terrain rien n’a changé.

« Quant à la procédure de changement de discipline,
soyez certains que sa mise en oeuvre
se fera avec toute l’écoute et le dialogue nécessaire,
en tenant compte des situations délicates »
, c’est
en ces termes que le secrétaire général de la présidence
de la République répond à la lette
envoyée, par le SNES, le 29 septembre 2012 à
François Hollande sur la situation des STI.

Pourtant, au même moment, les enseignants de
STI se sont aperçus que, sur I-Prof, une « discipline
complémentaire » définissant la discipline
de reconversion est apparue au 1er septembre
2012 sans qu’ils en aient été prévenus préalablement.
Ce mode de fonctionnement qui
montre à la fois la grande difficulté du ministère
sur certains sujets et le mépris porté aux enseignants
est inacceptable. Le SNES s’exprimera
ainsi au ministre. De même la présidence
indique que « Vincent Peillon est bien conscient
des conditions regrettables dans lesquelles cette
réforme a été engagée... »
et « qu’il a tenu à rappeler
aux recteurs la nécessité de poursuivre la
formation des enseignants... »
actant ainsi le fait
que cette formation a été incomplète et inadaptée.
Dès lors il n’est pas admissible que lors
d’inspections des inspecteurs reprochent aux
collègues de n’avoir pas suivi la formation et de
ne pas respecter l’esprit de la réforme.

Le SNES exige que cessent ces intimidations et ces modes de management, et invite les collègues
à refuser toute inspection sur leurs enseignements
en STI2D tant que cette réforme
n’aura pas été profondément refondue et que
l’accompagnement des collègues n’aura pas
été sérieusement organisé.

Le SNES apportera une aide militante et juridique
à tous les collègues mis en difficulté par
les effets de la réforme STI2D.

Thierry Reygades
enseignements.technologiques@snes.edu

Autres articles de la rubrique US 725 du 1er décembre 2012