Articles US 2010-2011

Rythmes scolaires : associer les personnels à la réflexion (US 700 du 20/10/2010)

La FSU a rencontré le comité de pilotage de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires.

Une heure et demi d’échanges a permis à la FSU de préciser les priorités qu’elle entendait faire valoir dans ce débat qui est bien un débat de société. À ce titre nous avons développé l’idée que, même si les évolutions de la société devaient être prises en compte, les enjeux de formation conduisaient à la reconnaissance que l’organisation de l’École imposait des contraintes.

La FSU a rappelé le contexte politique et budgétaire et clairement signifié qu’il n’était pas envisageable d’entrer dans un débat sur les rythmes scolaires dont la finalité serait de justifier des suppressions de postes. C. Forestier, coprésident du comité présent à l’audition, a assuré partager au contraire notre objectif de rechercher les conditions qui assurent une plus grande réussite de tous les jeunes. Il s’est voulu rassurant en affirmant que le comité était dans une phase de consultation sans a priori sur les recommandations qu’il serait amené à présenter au ministre. Cependant les membres du comité ont posé un certain nombre de questions qui tracent une orientation à laquelle il convient d’être attentif : faut-il alléger les programmes ? Que pensez-vous du droit à l’expérimentation permettant de mieux adapter les conditions d’enseignement aux contraintes locales ? Comment organiser les pauses méridiennes ? Comment mieux articuler les temps de l’enfant et du jeune (familial, social, scolaire), et quel est « l’opérateur le plus décisionnel en la matière » ? Fautil penser différemment le découpage du temps et abandonner une définition hebdomadaire des heures de cours dans le second degré ? Et surtout : que pensez-vous de la semaine de quatre jours dans le premier degré ?

La FSU a insisté sur la nécessité d’associer les personnels à la réflexion et sur son exigence d’un respect de l’égalité d’accès aux savoirs et aux qualifications qui fonde l’existence du service public d’éducation et des moyens d’y parvenir. Il est plus que jamais nécessaire que les personnels fassent entendre leurs voix auprès des parents, des élus et des jeunes. Le SNES, avec la FSU, entend prendre toute sa place dans ce débat. Le document remis au comité est téléchargeable sur le site de la FSU.

Roland Hubert

Autres articles de la rubrique Articles US 2010-2011