Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nicolaj Arcel (Danemark)

"Royal affair" Sortie en salles le 21 novembre 2012

1770. Le Danemark est dirigé par l’imprévisible Christian VII, jeune monarque de vingt et un ans. Mais en réalité, le pouvoir est aux mains de quelques conseillers conservateurs et gens d’église corrompus, auxquels l’instabilité du roi laisse le champ libre.

Son mariage avec la brillante et cultivée Caroline Mathilde ne stabilise pas le monarque qui, après avoir accompli son "devoir", délaisse son épouse pour renouer avec une vie de débauche et s’afficher avec des maîtresses de bas étage.

Les ministres décident alors de lui désigner un médecin personnel. Leur choix se porte sur un praticien allemand, Johann Friedrich Struensee, un homme issu du peuple, érudit et progressiste, à qui le roi ne tardera pas à porter une immense amitié.

Mais, insensiblement, Struensee se rapproche de la jeune reine délaissée et une idylle clandestine se noue entre eux.

Devenu ministre, le médecin mène au nom de Christian VII une politique libérale et humaniste inspirée des Lumières et impose des réformes inacceptables de la part de la noblesse danoise. Et ceux-là même qui l’avaient placé auprès du roi décident de se débarrasser de Struensee.

Le film de Nicolaj Arcel s’inspire de faits réels qu’on ignore généralement à l’étranger mais qui sont si connus au Danemark qu’ils ont fait l’objet de différents ouvrages, d’un opéra et d’un ballet.

Et " Royal affair" qui rappelle les événements de cette époque a été réalisé à la manière des grands films épiques des années 40 et 50, sans pour autant raconter l’histoire prioritairement à travers les robes et les coiffures de l’époque.

Nicolaj Arcel fait du personnage de Struensee un véritable visionnaire. C’est un homme issu du peuple, un simple médecin de province. Il observe le monde autour de lui et la richesse des nantis lui fait prendre la mesure de l’injustice sociale.

S’il accepte le poste de ministre, ce n’est pas tant par ambition personnelle que pour tenter de remédier à une situation que ses convictions profondes dénoncent : des riches très riches et des pauvres très pauvres.

Homme érudit, il va, pour conduire sa mission, s’appuyer sur les idées des philosophes Rousseau et Voltaire bien avant qu’elles n’influencent la Révolution française.

"Royal affair" parvient à faire se côtoyer une histoire intime entre des personnages très travaillés, avec pour chacun une approche psychologique fine qui donne à l’histoire une touche contemporaine, et le volume convaincant de la fresque hollywoodienne.

L’image est soignée avec de superbes profondeurs de champ. La musique de Gabriel Yared convient bien. Quant à l’interprétation, elle est de haut niveau. Mads Mikkelsen ( qu’on retrouvera prochainement dans "La chasse", film pour lequel il obtint le Prix d’interprétation à Cannes 2012) compose un Struensee physique et vulnérable. Alicia est magnifique à tous points de vue et Mikkel Boe Folsgaard est un étonnant Christian VII en perpétuel équilibre sur le fil de la folie…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)