Actualité théâtrale

au Théâtre de Belleville

"Rêves" Jusqu’au 28 octobre

C’est après l’écriture de Littoral, la première pièce de sa tétralogie sur les déchirures du Liban, que Wajdi Mouawad a commencé à écrire Rêves. Il y parle des difficultés de la création, des douleurs, des craintes, des colères qui l’assaillent, des souvenirs, de l’amour, de l’exil, de la solitude, de la mort violente, des thèmes qui irriguent son œuvre. Il y évoque aussi l’étrange sensation qui l’étreint face aux personnages qu’il crée.

Willem, un jeune homme, débarque dans un hôtel et s’installe pour écrire ce qui doit devenir un roman. La logeuse s’incruste, bavarde, et pleine de bonnes intentions, l’accable de conseils et de remarques. Quand, enfin, elle quitte la chambre, apparaît Isidore, figure de l’inspiration, qui sème les premières graines de l’histoire et stimule l’imagination de l’auteur. Après lui défile une galerie de personnages, ceux de l’histoire de l’homme qui marche vers la mer, mais cet homme est multiple. Est-ce même un homme ? L’hôtelière reviendra dans la chambre et son bavardage intrusif deviendra plus sensible jusqu’à l’émotion de la révélation finale.

James Borniche a découvert en 2010 ce texte et en a été bouleversé. Dans sa mise en scène il s’est appuyé sur les œuvres de W. Mouawad mais aussi sur les chants de Maldoror de Lautréamont. Il y a en effet dans Rêves une dimension fantastique et poétique qui entre en résonance avec Lautréamont. Pour laisser se développer cette dimension poétique et étrange, James Borniche a, avec Antoine Sarrazin, crée une musique que ce dernier joue sur scène. Il a aussi beaucoup travaillé les éclairages, jouant, en miroir avec le texte, de lampes qui s’éteignent de façon intempestive, d’un voile qui emprisonne un personnage à demi oublié qui passe de l’angoisse, se demandant s’il existe encore, à la lamentation : « Je suis un souvenir dont on ne se souvient plus ». Il faut surtout saluer la qualité des jeunes comédiens, tous issus du Cours Florent ces deux dernières années ou encore en formation. Leur jeunesse ajoute à l’émotion du spectacle. Tous mériteraient d’être cités. On retiendra particulièrement Pierre-Yves Bon, qui joue Willem, en proie au doute et aux angoisses de l’écrivain, et Clara Lama Schmit, l’hôtelière, qui fait évoluer son personnage avec finesse. Femme bavarde, simple et agaçante de gentillesse, elle devient un bloc de souffrance exprimée avec une économie de mots et de gestes qui surprend.

Micheline Rousselet

Le lundi à 20h30, le mardi à 19h
Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris
Réservations : 01 48 06 72 34
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)