Archives 2006

Rentrée, mobilisation contre la diminution des recrutements

Diafoirus chez les Co-Psy : La saignée, la saignée, vous dis-je !

Le projet de budget pour 2007 vient d’être communiqué.

Inutile de dire qu’il traduit la volonté du Men de poursuivre sa politique de coupes claires dans les effectifs du second degré. Mais, s’agissant des Co-Psy, c’est carrément une volonté d’extermination du corps qui transparaît ! Pour la deuxième année consécutive les recrutements sont fixés à 50 ! En 5 ans les recrutements auront été divisés par 5 !

L’an dernier déjà, nous avions alerté sur les chiffres des départs en retraite. Les études de la DEP tablaient sur 340 départs par an à partir de 2006. Même avec le différemment imposé à nombre de nos collègues par les nouvelles dispositions sur la retraite, la DPE reconnaît que les départs dépasseront 200 l’an prochain. Un remplacement sur 4, c’est peu !

Mais c’est sûrement la nouvelle arithmétique de Monsieur De Robien qui conduit à considérer que 50 entrants vont pouvoir remplacer 340 sortants ! Une question de productivité sans doute.

Il faudra quand même expliquer à l’opinion que le gouvernement peut, d’un côté affirmer la nécessité de créer un service public de l’orientation et de l’autre faire disparaître celui qui existe !

Il faudra expliquer que le service que le MEN appelle de ses vœux serait confié aux collectivités, qu’il réunirait le public, le privé et l’associatif et comporterait essentiellement des professionnels peu formés et de statut précaire !

Il faudrait expliquer que la priorité ne serait pas le développement et la réussite des jeunes mais l’insertion à court terme, avec la promesse d’une seconde chance, plus tard !

Ce n’est pas la conception du SNES.

Il faut donner à tous les élèves de collège, de lycée, à tous les étudiants la possibilité de disposer d’un suivi personnalisé, assuré par des conseillers d’orientation-psychologues, beaucoup plus nombreux pour favoriser leur réussite, l’élaboration et la réalisation de leurs projets d’avenir.

Il faut s’opposer par tous les moyens à ce projet de budget meurtrier pour la profession.
En saisissant les enseignants, les élus, les parents et en manifestant massivement le 28 septembre !

Autres articles de la rubrique Archives 2006