Autres audiences

Rencontre APBG - SNES du 15 mars 2006

Rencontre du mercredi 15 mars 2006
A l’APBG, 12 rue Beccaria, 75012 Paris
APBG : J. Ulysse, E. Vernet (Présidente)
SNES : J. Besnard, L. Cotton, V. Sipahimalani
Audience faite à la demande du SNES

Brevet
Rien de nouveau sur la présence éventuelle des SVT ou SP à l’écrit.

Option sciences en seconde.

Après un rappel de l’argumentaire du SNES et de sa position (article sur le site « Enseigner en Collège, Lycée, ... du SNES, qui ne ferme pas la discussion), l’APBG est intervenue sur « Action Sciences » (groupe dans lequel se trouve l’APBG) moteur de cette option

Clarification de l’APBG sur Action Sciences
L’élément moteur d’Action Sciences, ce sont les professeurs de mathématiques. Parmi eux, un seul représentant des enseignants du 2aire, les autres provenant d’autres associations (Femmes et mathématiques, Société mathématique de France, Société française de statistiques etc.).

La biologie-géologie est représentée par l’APBG et l’UPA (Union des profs. des classes prépas aux écoles agro).
Si ce qui est publié par « Action Sciences » l’est avec l’accord de l’APBG, l’APBG n’est pas obligatoirement d’accord sur tout ce qui se dit dans Actions Sciences.

Action Sciences veut augmenter la part des coefficients scientifiques (actuellement 55%) en TS car en S, il faut que l’élève soit partout impeccable. De ce fait, la série S attire certe les meilleurs élève mais n’est pas assez typée scientifique.

Remarque SNES : ne faudrait-il pas revaloriser les L qui sont en perte de vitesse plutôt que de modifier la S ?
L’APBG estime qu’il faudrait effectivement de la biologie en terminale L. Les élèves qui se tournent vers les métiers des services à la personnes (supposés venant surtout de L) ont besoin de connaissances en biologie et physiologie.[NDLR : A notre avis, il faudrait prendre en compte les SMS pour ces métiers]. De même, dans l’optique d’un programme conçu comme celui des ES, il n’y a pas de raison de s’arrêter en 1ère. Mais le problème est d’obtenir des heures à moyens constants !

Position APBG sur l’option sciences en seconde
Postulat d’Action Sciences : le tronc commun scientifique n’intéresse pas les élèves. Pourtant, il n’est pas question à Action Sciences de modifier les programmes du tronc commun.

Cependant, pour l’APBG, le programme de SVT de seconde est bien accueilli par les élèves et les professeurs.

Alors, pourquoi maths et PC en seconde passeraient-elles moins bien que les SVT ?

Pour l’APBG :
- l’option sciences est attrayante car elle permet de travailler ensemble et autrement les 3 matières. Ces 3 matières doivent être ensembles et sans les techniques industrielles (dont il a été question dernièrement au sein du groupe Action Sciences, l’idée étant de définir des options sciences de seconde sur Maths-SP-SVT ou sur Maths-SP-STI ).
- elle doit avoir un contenu défini, mais pas de programme. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi n’importe où.

Remarque annexe : le programme de SVT de seconde est établi sur 28 semaines. Le reste du temps (4-5 semaines en pratique) devrait être consacré à l’étude d’une extension d’un des 3 thèmes de l’année travaillé éventuellement différemment. En fait, personne ne le fait.


Audience des associations de spécialistes à l’Assemblée nationale

L’APBG a été reçue avec d’autres (APMEP, UDP) par une mission de 7 parlementaires.

L’APMEP a surtout parlé d’Actions Sciences. Elle a suggéré de diminuer le coefficient de l’HG en TS, voire même de l’arrêter en 1ère. L’APBG n’est pas pour car elle demande par ailleurs le rétablissement des SVT en TL.

Les parlementaires ont demandé si les associations ont une préférence pour des enseignants spécialisés ou bien des généralistes. Tous ont répondu qu’il faut une spécialisation dès le collège, avec un travail d’équipe entre les disciplines. Dans les faits, de nombreux profs sont déjà bivalents (SP, HG, SVT ...). On va vers une spécialisation en élémentaire aussi.

Bac ES
Le programme plait aux élèves mais l’épreuve du bac coupe l’appétence (actuellement une analyse d’un texte de vulgarisation-sur 10 puis une question de connaissance-sur 10 également).
L’APBG souhaite une épreuve à partir du seul texte de vulgarisation, comme prévu initialement. Le groupe SVT-SNES est sur la même base.
De plus, lors d’une enquête menée auprès de ses adhérents l’an passé, l’APBG a constaté que le barème n’est pas homogène à l’échelle nationale. Certains IPR le modifient de manière telle que dans ces académies l’épreuve aurait pu être annulée.


Socle

L’APBG a donner un texte de sa CN qui mentionne une certain nombre de thèmes devant être dans le socle.

Le Snes rappelle son opposition à la notion de socle et qu’il convient d’être vigilant à ce que soit conservée une formation scientifique. Il ne s’agit pas seulement de plaquer des connaissances utilitaristes.

Divers
- Le SNES rappelle son opposition à la réintroduction de la bivalence par le biais d’affectations à titre définitif de Professeurs des Lycées Professionnels en collège par quelques recteurs. L’APBG rappelle son opposition à la bivalence.

- Dissociation cours / Tp sur l’académie de Bordeaux
Classes à 35, 3 groupes de TP de 24 pour 2 classes. De ce fait, des élèves de l’un des trois groupes ont TP avec le professeur de l’autre classe (à moins que le professeur n’ait les 2 classes). Risque de cloisonnement cours/TP. Cette organisation, moins coûteuse, est à mettre en rapport avec la Lolf.

Actions communes prévues :

- épreuve écrite du bac ES : trop difficile, en décalage avec le travail de l’année et l’esprit du programme

- Evaluation des Capacités Expérimentales : l’APBG apprend que les sujets 2006 (la présentation seulement) seront mis en ligne sur Eduscol : incitation au bachottage. SNES SVT et APBG sont contre.

- Action PTL : pas décentralisés, ils sont peu nombreux et isolés. Une action commune, que nous avons proposée conjointe avec les SP pour le moins, devrait pouvoir se mettre en place, pour les collèges et les lycées.

Autres articles de la rubrique Autres audiences