US 754 du 12 septembre 2015

Réformes du collège et des lycées : même combat !

Les gouvernements passent, mais les réformes restent. C’est bien connu. Toutefois, dans l’éducation, les mauvaises idées ont vraiment la vie dure.

Un accompagnement personnalisé mal défini, pas toujours dédoublé ; une part importante des horaires laissée à « l’autonomie locale », avec son lot de tensions, de concurrence, de pression du chef d’établissement, d’inégalités de formation entre établissements ; une interdisciplinarité floue, imposée sans possibilité de concertation, prise sur les horaires disciplinaires ; des disciplines fragilisées, des options supprimées, des horaires globalisés...

Vous pensez qu’il s’agit là de la réforme du collège ? Certes... Mais si vous enseignez en lycée, ce « pronostic » vous rappelle sans doute un « diagnostic » : celui des conséquences de la réforme du lycée de 2010. Et pour cause ! Les deux réformes sont fondées sur les mêmes principes, sur la même idéologie. En particulier « l’autonomie des établissements », synonyme à la fois de déréglementation des conditions d’enseignement, et de poids croissant des hiérarchies intermédiaires. Et la réforme de 2010 – faut-il le rappeler – n’a en rien permis d’améliorer les conditions de travail en lycée. Elle s’est traduite au contraire par une vague de suppressions de postes, la fragilisation de l’enseignement des langues et de toute la voie technologique.

De l’unité du second degré

Et pourtant, avant même d’avoir fait un bilan de la réforme du lycée, le ministère prétend imposer, en collège, une réforme qui porte les mêmes dangers, parfois même aggravés. Si la réforme du collège devait être mise en œuvre, elle risquerait de verrouiller toute possibilité de remettre à plat, enfin, les dispositifs issus de la réforme du lycée. En outre, les collégiens qui la subiraient arriveraient en lycée après une formation appauvrie, encore plus hétérogène et déstructurée. Et les pires aspects de la réforme du collège seraient bientôt, à leur tour, appliqués en lycée.

À l’inverse, obtenir le retrait de la réforme du collège, c’est construire un point d’appui important pour qu’enfin le ministère accepte de discuter du bilan de la réforme du lycée de 2010. Et il y a urgence !

Romain Geny

Autres articles de la rubrique US 754 du 12 septembre 2015

  • Voie technologique : le SNES-FSU consulte
    Le ministère rechigne à publier le bilan de la réforme des séries technologiques. Le SNES-FSU veut recueillir l’avis de ceux qui sur le terrain sont chargés de la mettre en œuvre. Il met à votre... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Informatique et création numérique
    Le BO n° 32 du 3-09-2015 annonce la création d’un nouvel enseignement d’exploration d’ICN en Seconde à la rentrée 2015. Le programme (BO n° 31 du 27-08-2015) est dans l’esprit de certains enseignements... Lire la suite (Septembre 2015)
  • ULIS, nouvelle circulaire
    La circulaire n° 2015-129 du 21 août 2015 parue au BOEN n° 31 du 27 août 2015 prévoit une unification des dispositifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap : ULIS-école, ULIS-collège... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Essonne
    Les enseignants du lycée Corot de Savigny-sur-Orge ont manifesté le mardi 8 septembre pour protester contre les effectifs trop lourds. Toutes les classes de Seconde atteignent voire dépassent les 35... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Ille-et-Vilaine
    Lycée Descartes-Rennes : toutes les classes de Seconde à 36 (11), des regroupements (Première L et ES) à 38. Lycée de Combourg : sur six classes de Seconde, cinq à 36 et une à 37. Il a fallu ouvrir... Lire la suite (Septembre 2015)