US 754 du 12 septembre 2015

Réformes du collège et des lycées : même combat !

Les gouvernements passent, mais les réformes restent. C’est bien connu. Toutefois, dans l’éducation, les mauvaises idées ont vraiment la vie dure.

Un accompagnement personnalisé mal défini, pas toujours dédoublé ; une part importante des horaires laissée à « l’autonomie locale », avec son lot de tensions, de concurrence, de pression du chef d’établissement, d’inégalités de formation entre établissements ; une interdisciplinarité floue, imposée sans possibilité de concertation, prise sur les horaires disciplinaires ; des disciplines fragilisées, des options supprimées, des horaires globalisés...

Vous pensez qu’il s’agit là de la réforme du collège ? Certes... Mais si vous enseignez en lycée, ce « pronostic » vous rappelle sans doute un « diagnostic » : celui des conséquences de la réforme du lycée de 2010. Et pour cause ! Les deux réformes sont fondées sur les mêmes principes, sur la même idéologie. En particulier « l’autonomie des établissements », synonyme à la fois de déréglementation des conditions d’enseignement, et de poids croissant des hiérarchies intermédiaires. Et la réforme de 2010 – faut-il le rappeler – n’a en rien permis d’améliorer les conditions de travail en lycée. Elle s’est traduite au contraire par une vague de suppressions de postes, la fragilisation de l’enseignement des langues et de toute la voie technologique.

De l’unité du second degré

Et pourtant, avant même d’avoir fait un bilan de la réforme du lycée, le ministère prétend imposer, en collège, une réforme qui porte les mêmes dangers, parfois même aggravés. Si la réforme du collège devait être mise en œuvre, elle risquerait de verrouiller toute possibilité de remettre à plat, enfin, les dispositifs issus de la réforme du lycée. En outre, les collégiens qui la subiraient arriveraient en lycée après une formation appauvrie, encore plus hétérogène et déstructurée. Et les pires aspects de la réforme du collège seraient bientôt, à leur tour, appliqués en lycée.

À l’inverse, obtenir le retrait de la réforme du collège, c’est construire un point d’appui important pour qu’enfin le ministère accepte de discuter du bilan de la réforme du lycée de 2010. Et il y a urgence !

Romain Geny

Autres articles de la rubrique US 754 du 12 septembre 2015

  • Service : vérifiez votre « état vs »
    L’État VS (ventilation de service) est le récapitulatif officiel du service d’enseignement. Il doit vous être soumis pour approbation et signature, avant transmission au rectorat, par le chef... Lire la suite (Septembre 2015)
  • AUTONOMIE : la logique de l’éclatement
    L’autonomie, présentée comme la solution à tous les maux, serait également le cadre d’expression privilégié de la liberté pédagogique. L’expérience de ces cinq dernières années montre, hélas, que la réalité... Lire la suite (Septembre 2015)
  • EMC : affichages et bricolages !
    Sourd aux mises en garde du SNES-FSU, le ministère s’est obstiné à mettre en place l’EMC dès la rentrée 2015. Chronique d’un fiasco annoncé... La mise en place précipitée de l’enseignement moral et... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Effectifs en lycée : de plus en plus lourds !
    Classes surchargées, élèves sans profs, heures supplémentaires et emplois du temps bâclés : la rentrée ne s’est pas bien passée, n’en déplaise aux sirènes ministérielles. Il faut dire que la réforme Chatel... Lire la suite (Septembre 2015)
  • STS et rénovation : difficultés croissantes
    Les concepteurs de la réforme STI2D la vantaient en s’appuyant sur le slogan « bac +5 sécurisé pour les bacheliers STI2D ». La conséquence est visible : les STS industrielles peinent à « faire le plein... Lire la suite (Septembre 2015)