US 672 du 11 octobre 2008

Réforme des lycées : Le Ministre au pied du mur

Au moment où la crise financière se développe, au lieu d’en éclairer le sens
et d’en tirer les conséquences, le gouvernement en appelle à l’union nationale,
cherchant à faire payer aux salariés ses choix désastreux.

On peut prévoir que la question du budget de l’État se posera de manière
encore plus aiguë, avec de nouvelles ponctions sur l’emploi public ; or,
développer les services publics s’avère, au contraire, plus que jamais
une nécessité pour participer au développement économique et social,
conjurer les inégalités.

Ce message a été porté lors
de la journée interprofessionnelle
du 7 octobre ; l’éducation
était largement présente
et la grève du second
degré à l’appel du SNEP,
SNES, SNUEP, a rassemblé
près d’un enseignant sur trois.

Le projet de budget 2009, les orientations des réformes en cours préparent
de profondes modifications du système éducatif, caractérisées par la
diminution de l’offre de formation, l’accroissement des inégalités.

Dans ce contexte, le SNES a , dès le début de l’année, mis en place un dispositif
d’action construit sur la durée, avec l’objectif de mobiliser l’ensemble
des personnels, poursuivre le travail entamé l’an dernier avec les
organisations de parents et d’élèves, porter à la connaissance de tous la réalité de la rentrée et analyser le sens des mesures gouvernementales.

Assumant ses responsabilités d’organisation largement majoritaire dans le second
degré, il a fait le choix, en même temps, de porter le projet de transformation du
système éducatif souhaité par la profession, en articulant les questions de démocratisation,
qui ne peuvent se limiter au seul lycée, celles de la qualification, de la
formation et la carrière des personnels.

C’est ainsi que le SNES s’est engagé dans une discussion sur la réforme des lycées
afin de promouvoir une transformation apte à conjurer les dysfonctionnements
actuels.

Il l’a fait en affirmant ce sur quoi il ne transigerait pas : maintien de la voie technologique
et de ses spécificités, garanties sur les horaires et l’offre de formation,
principes de diversification et de séries.

Il a dénoncé la volonté du ministre d’imposer un calendrier incompatible avec un débat approfondi sur ce que devraient être des contenus formateurs, sur les
conséquences d’une nouvelle organisation pédagogique tant pour les élèves
que pour les enseignants.

À ce stade, il apparaît que la discussion a été rendue impossible par un ministre qui,
tout en reportant ses arbitrages, inscrit sa réforme dans la politique gouvernementale,
prévoit une réforme caractérisée par des horaires en baisse, une diversification
compromise, des parcours peu lisibles, la fragilisation de certaines
disciplines.

C’est pourquoi le SNES quitte la discussion dans ce cadre imposé.
Il entend bien continuer à mobiliser et mettre en débat la profession, pour arracher
les améliorations nécessaires, tant au collège qu’au lycée, faire enfin ouvrir le
dossier de la revalorisation de nos métiers, pour tous.

Une étape importante a lieu le 19 octobre : soyons nombreux à y participer.

Frédérique Rolet

Autres articles de la rubrique US 672 du 11 octobre 2008

  • Réforme des lycées : les raisons d’un départ
    Le SNES s’est engagé en juin dans des discussions sur la réforme des lycées, avec la volonté de promouvoir des changements dans l’intérêt des personnels et des élèves, dans un cadre ouvert. La méthode... Lire la suite (Octobre 2008)
  • Septembre 2008
    En cette rentrée, plus aucune nouvelle du rapport Pochard. Après les fortes mobilisations du printemps dernier et la manifestation de la FSU le 18 mai, le ministre reste discret sur le... Lire la suite (Octobre 2008)
  • 4 février 2008
    « Le livre vert proposé par la commission Pochard a élaboré un constat assez large de la condition enseignante aujourd’hui. Le temps de la décision sera en effet celui du livre blanc qui... Lire la suite (Octobre 2008)
  • Note2be : suite
    Suite au recours initié par le SNES et la FSU, le tribunal puis la cour d’appel de Paris ont fait injonction à note2be de retirer les données nominatives concernant les enseignants. Un nouveau... Lire la suite (Octobre 2008)
  • CPGE
    La procédure d’admission post-bac va devenir le portail unique d’inscription dans l’enseignement supérieur. Les proviseurs doivent associer les équipes pédagogiques à la réflexion sur les modalités... Lire la suite (Octobre 2008)