Archives 2002-2005

Réactions à la conférence de presse du premier ministre

Le Premier ministre évoque la création d’un véritable service public d’orientation, laissant entendre que celui-ci n’existe pas alors que dans l’Education Nationale il en organise lui-même l’asphyxie. Il diminue en effet de moitié le recrutement de conseillers d’orientation-psychologues depuis 2004 ce qui va conduire à ne pouvoir remplacer qu’1 départ sur 3 en 2008 et à affaiblir le réseau des 580 CIO.

Si l’on peut se satisfaire du souci de mettre à disposition des étudiants, des informations fiables sur les réussites aux examens, les possibilités de stages et d’insertion, ceci ne réglera pas le besoin d’accompagnement des jeunes par des personnels qualifiés afin des les aider à faire le point et de construire leurs parcours. Rappelons qu’un COPSY a actuellement en charge 18000 étudiants alors que des cabinets privés multiplient leurs offres de coaching.

Très inquiétante est l’affirmation de recourir à différents partenaires et collectivités territoriales pour assurer cette mission. En 2003, les personnels se sont fortement mobilisés pour refuser une mise sous tutelle des régions et une transformation de leurs missions, aujourd’hui essentiellement centrées sur le public scolaire.

Si les partenariats sont bien évidemment nécessaires, il ne saurait être question d’accepter la mise en place d’agences de l’orientation", de type GIP, car cela affaiblirait le rôle du service public de psychologie d’information et d’orientation de l’Education Nationale dans l’accompagnement à la réussite des élèves, le suivi, la prévention des décrochages, l’élaboration des projets au sein des établissements, en lien avec les équipes éducatives.

Autres articles de la rubrique Archives 2002-2005