Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Ahmad Abdalla (Egypte 2013, 1h27)

« Rags and Tatters » Le Caire déchiré

Janvier 2011 en Egypte, les prisons s’ouvrent sous la pression des événements. Un prisonnier tente de filmer cette libération avec son portable : images en mouvement désordonné, confuses voire insaisissables. Cette tentative semble être la matrice du film.
D’une part il va s’agir pour le personnage principal de sauver cet ami, l’homme au portable, grièvement blessé lors de l’évasion générale. mais il va s’agir aussi de sauver ce qu’il a filmé, en cherchant à le diffuser par tous les moyens : internet, médias... car cette matière filmique, prise dans l’instant, participe à sa mesure à une dimension historique.
D’autre part, pour ce faire, le personnage principal cherche à reprendre pied dans la ville du Caire. Bien vite, force lui est de constater qu’il a quasiment perdu ses repères : avant de retrouver quelques membres de sa famille, il est brutalement agressé et dépouillé par une milice dans son propre quartier, il recherche ensuite la jeune fille dont il gardait la photo, il la voit partir avec un autre en moto... Aussi le protagoniste observe-t-il en silence, tout au long du film, un monde déchiré qu’il croyait bien connaître.
Cette déchirure : Rags and Tatters, chiffons et lambeaux, renvoie au monde des Coptes, souvent chiffonniers à l’origine, c’est-à-dire à la famille de son ami. Le protagoniste rencontrera cette famille lors des obsèques coptes de son ami... Elle renvoie aussi à un monde qui, aux yeux du personnage principal, vacille au fil de ses errances, de ses égarements. Le protagoniste est ainsi ballotté au fil d’événements qu’il ne maîtrise pas, il fuit sur les pas d’un jeune musulman qui le protège, il va d’une communauté religieuse à l’autre, d’un quartier à un autre, déraciné, dépaysé, perdu. Son cheminement, d’abord tracé, l’amène ensuite à fuir au hasard, il ne cherche plus à retrouver son quartier, sa ville mais à s’efforcer de survivre dans un monde qui bascule au risque d’être soi même déchiré, en lambeaux.
Muriel Forté

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)