Actualité chorégraphique

au Théâtre Nanterre-Amandiers

"Qu’est ce que tu deviens ?" jusqu’au 24 octobre 2009

Aurélien Bory est un des jeunes artistes les plus singuliers de la scène française dont on a pu découvrir plusieurs spectacles au théâtre de la cité internationale et au Théâtre de la Ville. Né à Colmar en 1972, il vit et travaille à Toulouse. En 1999, Avec "La compagnie 111" constituée en 1999, il débute dès 2000, avec "IJK" une trilogie questionnant l’espace scénique en cherchant à faire fusionner différentes formes artistiques, comme la danse, le théâtre d’ombres, les acrobaties, la magie… Suivront "Plan B" en 2003 et "Plus ou moins l’infini" en 2005, en collaboration avec le metteur en scène new-yorkais Phil Soltanoff. Simultanément, en 2004, il monte à Tanger un spectacle avec douze acrobates marocains, "Taoub", qui donnera naissance au Groupe acrobatique de Tanger. Aurélien Bory a aussi mis en scène des spectacle d’un autre chorégraphe atypique, Pierre Rigal, comme le solo ’Erection’ (2003) ou ’Arrêts de jeu’ (chorégraphie questionnant des moments sportifs, en 2006). Sa notoriété lui vaudra d’être sollicité dans le divers pays, et il crée en Chine en 2007 ’Les Sept Planches de la ruse’, à partir de la problématique d’un très ancien jeu chinois, le tangram, avec des artistes acrobates de la ville de Dalian formés à l’Opéra de Pékin.

Stéphanie Fuster est aussi une danseuse singulière, très expressive et rigoureuse, qu’Aurélien Bory avait rencontré à Toulouse, avant qu’elle choisisse de se mettre pendant 8 ans à l’écart du monde, à Séville, et de se consacrer au flamenco (voir son site www.fanifuster.com). Avec "Qu’est ce que tu deviens ?" Aurélien Bory propose un double déplacement, celui d’une femme qui part vers l’inconnu et celui d’une danse, le flamenco, qui s’affranchit de son contexte." Ce théâtre sans mots, hormis les mélopées aux paroles plus ou moins distinctes du chanteur Alberto Garcia, tout aussi remarquables que l’accompagnement du guitariste José Sanchez, associe avec une grande force danse et dramaturgie, et on ne peut pas ne pas songer par moments à la grande chorégraphe allemande Pina Bausch (malheureusement décédée le 30 juin dernier).

Un spectacle d’une grande beauté avec un titre énigmatique dont on peut considérer qu’il interroge autant l’artiste et son parcours biographique à travers la danse, que l’évolution du flamenco lui-même. L’ouverture du spectacle est dansée en costume assez traditionnel, évoluant progressivement – avec un temps impressionnant, peut-être un peu long, où le costume lui-même se transforme en un partenaire de la danse. Une deuxième partie résonne de différentes formes de travail du rythme, de la maîtrise du corps, de l’endurance des situations de répétitions… pour aboutir à une dernière partie inattendue ou le flamenco est martelé dans un espace progressivement envahi par l’eau, apothéose très physique et très belle, où l’artiste va finalement s’abymer… Image de la mort d’une forme de flamenco traditionnel ?
Philippe Laville

Théâtre Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso 92022 Nanterre cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00
www.nanterre-amandiers.com
Du mercredi au samedi 20h30 / Dimanche 15h30 / Relâche lundi et mardi / en salle transformable - Durée : 1 heure

Autres articles de la rubrique Actualité chorégraphique

  • « Pneuma »
    Carolyn Carlson a sous-titré sa chorégraphie « Suite d’une conversation avec Bachelard ». S’inspirant de l’ouvrage du philosophe L’air et les songes, essai sur l’imagination du mouvement , elle a... Lire la suite (Octobre 2015)
  • La Briqueterie : rencontrer la danse en train de se faire
    Ce projet, âprement défendu depuis les années 90 (lieu trouvé dès 1997 !) par Michel Caserta, l’ancien directeur et fondateur de la Biennale de Danse du Val de Marne dont nous avions publié un long... Lire la suite (Avril 2013)
  • La Belle et la Bête
    La Belle et la Bête, conte de Mme Leprince de Beaumont connu de tous, est la trame de ce ballet présenté par la Compagnie de la chorégraphe Ethery Pagava, avec la participation de jeunes danseurs des... Lire la suite (Avril 2013)
  • 17ème Biennale de Danse et ouverture de "LA BRIQUETERIE"
    Comme nous l’avons annoncé dans l’US-Magazine de février, cette année le début de la 17ème Biennale nationale de danse du Val-de-Marne, programmée du 20 mars au 20 avril, va coïncider avec l’ouverture... Lire la suite (Mars 2013)
  • « D’Artagnan »
    Ethery Pagava, ancienne danseuse-étoile des Ballets Roland Petit, a déjà présenté plusieurs créations à l’Espace Paris Plaine. Cette année, elle a chorégraphié une adaptation des Trois Mousquetaires... Lire la suite (Décembre 2010)