Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond Point

"Qu’elle aille au diable, Meryl Streep !" de Rachid El Daïf, mise en scène de Nidal Al Achkar

Ils ont la trentaine. Il se sont rencontrés à l’occasion d’un rendez-vous arrangé par leurs familles au Café Rawda au bord de la mer, à Beyrouth. Il a commandé un Coca-cola, elle une bière et malgré cette première fausse note dans la distribution des rôles, ils se marient. Lui qui ne jure que par l’actrice Meryl Streep et qui visionne ses films en boucle, fait confiance à l’avenir. Elle, pensait qu’il était temps qu’elle se marie.
Très vite, il a des doutes sur la conduite de sa femme qui le dépasse par son savoir, son éducation, sa culture. Les temps ont changé mais lui est resté attaché à des idées reçues, a des schémas. Il est mis à rude épreuve quand il découvre que son épouse n’était pas vierge le soir des noces. Et même s’il est un intellectuel de gauche, il va réagir comme tous les hommes, en primate. Qu’elle aille au diable, Meryl Streep est une invitation à établir le dialogue fondateur entre hommes et femmes.
C’est sans doute la première pièce en arabe qui ose aborder aussi directement la sexualité en général et le problème de la virginité des filles en particulier.
Rachid El Daif est professeur de langue et de littérature arabe à l’Université de Beyrouth. Après avoir écrit de la poésie, il se consacre entièrement au roman depuis 1980. Ses livres ont été publiées chez Actes Sud.
Nidal Al Achkar a joué un rôle capital dans l’essor du théâtre et de la culture en général, au Liban et dans le monde arabe. Diplômée de la Royal Academy of Dramatic Arts à Londres, elle fonde en 1966 "L’Atelier Dramatique de Beyrouth" et lance le mouvement avant-gardiste du théâtre au Liban florissant jusqu’à ce que la guerre éclate en 1975.
En 1985, à Amman en Jordanie, elle fonde le groupe des comédiens arabes qui regroupe des acteurs de 13 pays. En 1994, elle fonde, à Beyrouth Le Masrah El Medina, un très important Centre Culturel. Actuellement, elle dirige l’Association de Théâtre Al Madina pour les Arts et la Culture. En 1997, elle est promue Chevalière des Arts et des Lettres par la France.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2, bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris
Du 19 au 29 juin 2008.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 et sur www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)