US Magazine 709 du 11 juin 2011

Programmes de Terminale générale : une construction sans fondation

CSE : les projets de programmes de Terminale générale ont été examinés lors du CSE(1) du 9 juin.

Le SNES avait consulté les collègues et a
porté la parole de la profession, notamment
en proposant des améliorations aux textes.
Cependant, en raison des incertitudes sur les
conditions de mise en oeuvre des programmes
inhérentes à la réforme du lycée et à l’absence
de visibilité sur le baccalauréat (voir page 28),
le SNES a voté contre l’ensemble des textes.
Nous avons maintenant une vision d’ensemble
des programmes du lycée général, qui montre bien l’absence de préoccupation du ministère
concernant la cohérence des contenus
offerts aux élèves. Nous l’avons déjà dénoncé,
la réforme du lycée n’a pas été pensée dans
l’intérêt des élèves : les programmes montrent
l’absence de réflexion globale sur les savoirs
et méthodes nécessaires aux lycéens, citoyens
de demain. Les groupes d’experts qui ont travaillé
sur les contenus des programmes, n’ont
que peu ou pas réfléchi avec les autres disciplines,
les modalités d’épreuves ont été pilotées
par le ministère dans le souci de coller à
l’existant et sans vraiment prendre en compte
les évolutions disciplinaires.

Même les cohérences disciplinaires internes
laissent perplexe. Par exemple, en français le
programme des séries technologiques est identique
à celui des séries générales, avec une
heure de moins. Les nouveaux programmes
applicables en 2011 en Seconde et en Première
reviennent à des programmes organisés autour
de l’histoire littéraire, contrairement au programme
de littérature de Terminale censé
préparer les élèves à des études littéraires,
qui lui, est construit paradoxalement comme
l’enseignement d’exploration de Seconde
alors que les finalités sont différentes !

Il faut tout de même noter que les difficultés
signalées sur les programmes de Première,
pour lesquels nos demandes n’avaient été
que très partiellement prises en compte, voire
pas du tout (HG et SES par exemple), semblent
avoir été reconnues. Pour les programmes
de Terminale, les inspections génégénérales
ont accepté certaines de nos propositions,
notamment en SVT, sciences physiques,
histoire-géographie, informatique et
sciences du numérique.

Néanmoins, des problèmes demeurent tant
sur l’architecture que sur la lourdeur des programmes.
Le ministère, se retranchant pour
une fois derrière la liberté pédagogique des
enseignants, se refuse à faire les choix qui
lui reviennent.

Dans le même temps la globalisation des
heures pour le dédoublement ne garantit ni
la possibilité de boucler certains programmes
ni l’égalité des conditions d’enseignement
entre établissements. Le SNES
portera les revendications des collègues
concernant la mise en oeuvre des programmes
en classe de première, qui pour
certains doivent être revus.

Sandrine Charrier, contenus@snes.edu

(1) Le Conseil Supérieur de l’Éducation donne un
avis consultatif sur les programmes.

ZERO POINTE
Le projet de programme de Droit et grands enjeux du monde contemporain, qui risque bien de ne pas passionner les élèves vu le nombre de notions à aborder et l’absence de problématiques, n’a recueilli aucune voix, alors que le directeur de la DGESCO s’est personnellement investi dans son écriture !

Autres articles de la rubrique US Magazine 709 du 11 juin 2011