Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Gérald Hustache-Mathieu (France)

"Poupoupidou" Sortie le 12 janvier 2011

David Rousseau est un auteur de polars à succès pour le moment à cours d’inspiration.
Elle, Candice Lecoeur est devenue une vedette locale depuis qu’elle a posé pour devenir l’effigie blonde du fromage "Belle du Jura".
Mouthe a la réputation d’être la ville la plus froide de France. C’est dans la campagne environnante enneigée que David va découvrir le cadavre de Candice.
La gendarmerie conclut à un suicide aux somnifères mais le romancier ne croit pas à cette version des faits. En enquêtant sur les conditions de la mort de la jeune fille, il va retrouver l’inspiration pour son prochain roman…
"Poupoupidou" est-il un polar ou une comédie ? Beaucoup du charme de ce film réside dans cette ambiguïté comme il réside dans le choix du décor, la bourgade de Mouthe, sapins blancs, routes et toitures enneigées, comme prise dans un carcan de givre. Comme il tient à la rencontre improbable de l’enquêteur et de la victime déjà morte quand commence le récit. Une fille dont la gloire locale et la blondeur, pour les besoins d’un clip publicitaire, l’amène à s’identifier à Marylin Monroe.

Marilyn Monroe parce qu’elle incarne le rêve américain, le rêve de devenir un jour "quelqu’un" mais également la tragédie et l’impossibilité de trouver le bonheur dans une célébrité débordante…
"Poupoupidou" impose petit à petit une évidente ressemblance entre Marilyn, liée autant à l’histoire du cinéma qu’à celle de l’Amérique, et Candice, petite gloire locale dans une bourgade du Jura.
Pas d’imitation, pas de parodie factice même dans la comparaison frontale, quand sont reprises dans le film les scènes du Jokary des "Misfits" ou le fameux moment élevé au rang de mythe mais bien sûr inimitable de "Happy birthday, Mr le President".
Gérald Hustache-Mathieu parvient à garder la distance et ces scènes volées à la star deviennent parties intégrantes de son film. Il sait utiliser un élément pour en faire, transposé dans son récit, une nouvelle composition. Uns sorte de recyclage jurassien qui apporte au film une parfaite indépendance.
Il est aidé en cela par une comédienne qui, parce qu’elle est rare, est donc à chacune de ses apparitions complètement "neuve", Sophie Quinton remarquée en 2002 dans "Qui a tué Bambi ?". La simple blondeur et sa silhouette diaphane suffisent. Elle exprime avec un mélange de candeur et de malice, à la fois la fragilité et la détermination de la starlette locale qui devient bientôt un objet de désir encombrant, mêlée à la politique du coin.
Un film léger, aérien. Un film tout en blancheur et tout en noirceur.
Un très joli moment.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)