US 754 du 12 septembre 2015

Poitiers : les bons comptes ne font pas....

Le recteur de Poitiers est content de lui et de la rentrée, sa « meilleure rentrée » ! Pas sûr que tous les enseignants et tous les élèves partagent son enthousiasme.

Adepte davantage de la provocation que du dialogue social, il conteste le fait que les classes sont bien souvent surchargées dans les collèges et lycées de l’académie. Alors que la journaliste de France 3 lui rappelle ce constat fait par les syndicats, il ironise en leur conseillant d’apprendre à compter.

Toujours à propos de comptes... le nombre de BMP ou de postes non pourvus et de professeurs absents non remplacés n’est pas négligeable, contrairement à ce que le recteur voudrait faire croire.

Autres articles de la rubrique US 754 du 12 septembre 2015

  • STS et rénovation : difficultés croissantes
    Les concepteurs de la réforme STI2D la vantaient en s’appuyant sur le slogan « bac +5 sécurisé pour les bacheliers STI2D ». La conséquence est visible : les STS industrielles peinent à « faire le plein... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Voie technologique : le SNES-FSU consulte
    Le ministère rechigne à publier le bilan de la réforme des séries technologiques. Le SNES-FSU veut recueillir l’avis de ceux qui sur le terrain sont chargés de la mettre en œuvre. Il met à votre... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Informatique et création numérique
    Le BO n° 32 du 3-09-2015 annonce la création d’un nouvel enseignement d’exploration d’ICN en Seconde à la rentrée 2015. Le programme (BO n° 31 du 27-08-2015) est dans l’esprit de certains enseignements... Lire la suite (Septembre 2015)
  • ULIS, nouvelle circulaire
    La circulaire n° 2015-129 du 21 août 2015 parue au BOEN n° 31 du 27 août 2015 prévoit une unification des dispositifs pour la scolarisation des élèves en situation de handicap : ULIS-école, ULIS-collège... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Essonne
    Les enseignants du lycée Corot de Savigny-sur-Orge ont manifesté le mardi 8 septembre pour protester contre les effectifs trop lourds. Toutes les classes de Seconde atteignent voire dépassent les 35... Lire la suite (Septembre 2015)