US Magazine 720 du 26 avril 2012

Plan d’urgence 2012 : voie technologique

Il est urgent de redonner aux formations technologiques la capacité de
former de nombreux jeunes et de les mener vers les plus hauts
niveaux de qualifications. Dans l’immédiat, dès la prochaine rentrée,
il faut tirer les conséquences des effets catastrophiques des réformes
STI-STL.

Dans les séries STI-STL, il convient de réaffirmer les spécialités
autour des grands champs de l’activité économique de production,

en renommant les spécialités de STI2D (bâtiment et travaux
publics, électronique et informatique, production et gestion des énergies,
conception et production mécanique, par exemple) et de respecter
les spécialités des enseignants
en organisant les enseignements
à partir de leurs disciplines de recrutement, y compris pour les enseignements transversaux.

Il faut réintroduire les travaux d’ateliers et de laboratoire permettant
les mises en activité des élèves.

Il faut rendre les heures d’accompagnement personnalisé aux
disciplines.

Il faut revenir sur les suppressions de postes liées à la réforme et permettre
l’accompagnement des redoublants de Terminale et le développement d’une vraie formation pour les enseignants.

Il faut revenir sur la définition des épreuves et de l’évaluation au
baccalauréat.

Compte tenu des difficultés difficilement surmontables entraînées
par la réforme STI, un moratoire sur la mise en oeuvre des réformes
en STMG et ST2S pour la prochaine rentrée est incontournable.

Un travail sur l’évaluation des activités interdisciplinaires est, par
exemple, nécessaire. À ces conditions, une réflexion sérieuse pourrait
être menée sur la place et le développement des formations technologiques du lycée.

Thierry Reygades

Autres articles de la rubrique US Magazine 720 du 26 avril 2012