Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 octobre au Théâtre La Bruyère

« Partie en Grèce » Du mardi au samedi à 19h

Solange est mariée depuis longtemps. Ses enfants ont quitté la maison et son mari a oublié qu’elle n’était pas là seulement pour faire la cuisine, mais qu’il pouvait aussi lui parler. Alors quand son amie lui propose de l’accompagner, tous frais payés, sur une île grecque, après bien des hésitations, elle décide de sauter le pas, de partir pour cesser d’être seulement la cuisinière et le larbin de son mari et de ses enfants, partir pour être elle-même et pour retrouver le sentiment d’exister.

Après avoir été coiffeur pour dames et instituteur, Willy Russel s’est mis à écrire des pièces de théâtre et la plupart ont été d’énormes succès, jouées pendant des années, adaptées au cinéma, remportant tous les « Awards » et les oscars possibles. Sa pièce, Shirley Valentine, dont Partie en Grèce est l’adaptation, a été créée en 1988 à Londres, y a remporté l’Olivier Award de la meilleure comédie de l’année, avant de connaître une carrière internationale et d’être portée à l’écran. L’observation fine de l’usure du couple, de la position des femmes dans la société, de leur prise de conscience dans les années 70 qu’elles existent en tant qu’individu et ont droit au plaisir et au bonheur, tout cela et bien d’autres choses, passe dans cette comédie avec des formules qui font mouche comme : « Le mariage, c’est comme le Moyen-Orient, y’a pas de solution ! »

Théâtre : Partie en Grèce

Marie-Pascale Osterrieth a adapté la pièce et l’a mise en scène. Si la cuisine, où évolue Solange dans la première partie de la pièce, est bien typée années 70-80 avec ses meubles en formica et ses carreaux multicolores, la Grèce de la seconde partie est celle éternelle des cartes postales avec sa mer bleue, ses moulins et ses tavernes. Elle a surtout offert un très bel écrin à la prestation de Valérie Mairesse. Elle est émouvante en femme qui parle au mur de la cuisine, puisque avec son mari c’est impossible, elle est drôle quand elle évoque sa découverte de l’existence du clitoris, qu’elle prononçait sans le s comme dans Paris, parce qu’elle ne savait pas, elle est pleine d’hésitations quand elle se demande si elle a le droit de partir seule, déterminée quand la coupe est pleine. On la suivrait bien au-delà de la Grèce dans sa quête du bonheur et on partage son interrogation finale : « Pourquoi on a en nous tous ces rêves de vie et qu’on n’en fait rien ». Comme son héroïne elle est merveilleuse.

Micheline Rousselet

Théâtre La Bruyère

5 rue La Bruyère

75009 Paris

Réservations : 01 48 74 76 99

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)