Journées de réflexion disciplinaire et stages académiques

Journée de Réflexion disciplinaire du 11 décembre 2008

Partenariat et développement durable selon Yannick Bruxelles Compte-rendu de son intervention

Pour faire suite à la demande de plusieurs collègues, nous publions en ligne ce bref compte-rendu de l’intervention de Yannick BRUXELLES.

Le "partenariat" est un mot qui fait peur - la peur de perdre un certain pouvoir - et qui génère donc des résistances.

Définir les différentes conceptions du partenariat pour situer sa propre conception

- La conception utilitariste : « avoir » des partenaires. Les partenaires sont envisagés comme des prestataires de service selon la logique 1+1=2.

- La conception constructiviste : « être » partenaire c’est produire qelquechose de nouveau (faire avec).

- La conception idéaliste : devenir plus humain grâce aux autres. C’est le principe de l’utopie créatrice.

Partenariat en Education au Développement Durable : pourquoi ?

- Pour avoir des regards pluriels permettant de mieux aborder la complexité du développement durable et pour en affronter les incertitudes.

- Pour les jeunes, au-delà de la question des savoirs purement scolaires, cela permet de vivre des pratiques qui vont permettre de développer leur identité terrienne, de penser qu’habiter le monde relève du collectif, qu’y vivre bien ensemble, c’est possible par le développement des solidarités.

Quels partenaires ?

Certains partenaires peuvent être perçus comme plus ou moins problématiques :

- Les autres services de l’Etat (DIREN, DRRJ…).

- Les collectivités territoriales.

- Les associations et réseaux associatifs (comme les GRAINES…). Il faut rester vigilant toutefois pour éviter le prosélytisme de certaines associations.

- Les entreprises : toutes les entreprises ou seulement les entreprises solidaires ?

Il faut rester vigilant face aux dérives publicitaires, au prosélytisme, au contrôle des travaux écrits des élèves…

Etre partenaire, comment ?

Entre la vision prestataire ou collaboratrice et la réciprocité…

- Il faut être vigilant sur les manières de faire : recherche de l’intérêt général, rester attentif au climat créé qui doit reposer sur la confiance et l’écoute du point de vue des autres.

- Il faut favoriser des espaces collaboratifs permettant le pluri-partenariat.


Groupe national Histoire-Géographie du SNES - mai 2009


Compte-rendu réalisé à partir des notes de Valérie DADI, groupe Histoire-Géographie. Merci à Yannick BRUXELLES pour sa participation à la journée de réflexion.

Autres articles de la rubrique Journées de réflexion disciplinaire et stages académiques