Heure de vie de classe

Paroles de profs : échanges sur la liste SVT du SNES

Prof 1
J’ai une question qui ne concerne pas les SVT mais le rôle de prof principal. J’étais PP l’année dernière et je ne savais jamais quoi faire en heure de vie de classe (à part la sensibilisation aux délégués en début d’année avec le CPE). Je le suis de nouveau en 5ème, je ne l’avais pas demandé car je ne m’étais pas trouvé à la hauteur l’année passée. Je n’ai pas eu de formation à ce sujet et je glane sans arrêt des idées auprès de mes collègues mais je me sens toujours aussi démunie.
Est- ce que certains qui sont PP pourraient me conseiller en activités intéressantes ? Toute aide me serrait précieuse.

Prof 2
L’heure de vie de classe n’est pas une obligation statutaire liée à la fonction de Professeur principal et à l’ISOE. Le professeur principal a juste un rôle de coordination des actions qui peuvent être menées duarnt ces heures.
Autrement dit il n’est pas question d’y faire du gardiennage ("étude") ou autre présence devant les élèves sans rémunération spécifique (heure comprise dans les obligations de service ou HSA ou HSE).
Beaucoup de collègues se laissent faire et c’est un tort.
Dans notre collège nous avons toujours fait bloc en s’appuyant sur les textes officiels qui ne prévoient aucune présence obligatoire du professeur principal avec les élèves durant l’heure de vie de classe. Et nous avons toujours eu gain de cause.
Chez nous les PP de 6è ont leur HVC payée en HSE ou dans leur service. Les autres PP ne l’ont pas payée et ne sont donc pas obligés de l’assumer.
Faites vivre votre section syndicale par ce type d’action et vous en sortirez renforcés dans vos droits.

Prof 3
En effet rien n’est imposable en matières d’heure de vie de classe !
En ce qui me concerne, je fais mon boulot de PP pendant mes cours au coup par coup (nombreux en 3e) et quand j’estime que j’ai "perdu" une heure de cours, je rattrape cette heure de cours pendant l’heure dite de vie de classe. Un système très souple qui me convient. Si ça peut donner des idées
... Bien sur aucune rémunération pour ces heures sup. mais nous avons l’indemnité de PP. Et avant cette heure de vie de classe, je ramais pour tenter de boucler le programme alors ...

Prof 4
Ce courrier explique qu’en refusant de faire des heures de vie de classe sans être payé alors que l’on est PP d’une classe renforce l’activité syndicale et nos droits.
Je crois, au contraire, que c’est en tenant des positions telles que celle-ci que l’on discrédite nos revendications et l’image des profs dans la société.
Un PP a une prime suffisante me semble-t-il pour assurer quelques heures de vie de classe par trimestre. Il y a des combats plus importants à mener que de dire toujours non, de camper sur ses positions sans voir l’intérêt que tout le monde peut tirer de ces heures de vie de classe. Cette heure n’est pas un boulet et entre, à mon sens, pleinement dans les prérogatives du PP.

Prof 5
Je suis d’accord avec vous (prof 4). Parfois pour quelques heures que au final on perd avec
les impôts, nous donnons l’image déplorable de nous. C’est plus que mesquin (comme
disent les élèves entre eux clochard ) de faire un histoire pour le payement de 4 ou 5
heures sur l’année.

Prof 6
Désolé mais il y a des textes officiels.
Ton interprétation tend à officialiser du bénévolat comme une obligation statutaire.
Que le bénévolat reste le bénévolat mais qu’il ne soit pas imposer aux autres parce qu’il n’a pas à l’être.

Prof 7
Il me paraît bien étrange d’affirmer que 10H annuelles (en CLG) de vie de classe (+ le temps passé sur les heures d’enseignement en cas "d’urgence") soient quantité négligeable !
De plus, accepter cette forme de bénévolat ouvre grand la porte à la mise en œuvre du rapport Thélot... [C. f. temps de travail augmenté de 4 à 8 heures en sus des 18 d’enseignement !]

En terme d’image, je ne vois pas pourquoi il serait dévalorisant de réclamer une juste rémunération pour la réalisation d’un travail honnête et de qualité... Le boucher vous fait-il cadeau d’un rumsteck pour "améliorer l’image de son artisanat" ?

Enfin, rappelez-vous qu’en euros constants nous ne touchons plus que l’équivalent de 10 mois 1/2 de salaire en référence à l’année 2000 !

Prof 8
J’aimerais avoir les références du BO régissant ces 10h et les missions du professeur principal. J’ai toujours cru qu’elles étaient comprises dans la prime du professeur principal !

Prof 9
Je trouve cette position (prof 4 et 5) bien difficile à accepter. En effet, la fonction de PP n’est pas de faire des heures de vie de classe mais, éventuellement, d’utiliser une ou des heures de vie de classe pour avoir une activité-correspondant à la fonction de PP-avec les élèves dont il a la
charge particulière. D’autres que lui meuvent utiliser ces heures seuls ou en collaboration avec d’autres personnels dans la classe. Cette heure de vie de classe n’étant pas bloquée sur une personne, il est donc normal qu’elle soit rétribuée spécifiquement par des HSE, pour le PP ou d’autres qui utiliseraient cette heure.
Je suis personnellemnt PP en classe de seconde : cette année, par miracle, j’ai une possiblité de prendre mes élèves quand c’est nécessaire. Mais je vais adresser la facture à mon patron en HSE. S’il accepte, tant mieux, sinon tant pis.
A un moment ou, par l’intermédiaire du rapport Thélot, on veut nous faire travailler 4 à 5 heures de plus dans l’établissement, il ne faut se laisser aller à accepter n’importe quoi : utiliser l’heure de vie de classe OK mais sur la base du volontariat, et non forcé.

Prof 7
Ce débat sur les HVC me semble exemplaire des difficultés que nous rencontrons à la fois pour définir notre travail mais aussi pour nous faire comprendre par la société civile.
Je suis PP de Seconde et depuis plusieurs années je demande que soit alignées mon heure de cours quinzaine et l’HVC de la classe dont je dois m’occuper. De cette façon je donne aux élèves un rendez-vous hebdomadaire suivi. Après, ce qu’on fait dans cette heure là est variable : depuis la simple alternance des 4 premières semaines (c’est difficile de démarrer une seconde ) jusqu’à une gestion en fonction des besoins en général jusqu’à Février, pour finir par des rendez-vous d’orientation individuel. Dans cette organisation la CPE, tout ou partie des autres profs, les COPsy, les élèves seuls, l’infirmière, rien...tout est possible. Tout n’est pas réalisé. Quand je fais le compte du temps passé, je demande une rétribution en fin d’année. Cela n’a pas été fait jusque là. Cela ne remet pas en cause ma façon de faire parce que ce n’est que ma façon, qu’elle n’est pas exemplaire mais qu’elle correspond à une démarche dont on peut penser ce qu’on veut mais
c’est ma liberté pédagogique de le pratiquer ainsi.
Mais est-ce vraiment différent de la façon que nous avons de concevoir nos TP par exemple ?
Il n’y a pas la bonne façon de faire "passer" la notion d’enzyme, il y a celle que chacun a trouvé souvent en chinant de ci de là (voir les échanges sur ce forum). Il y a surtout celle qu’on a utilisée cette année parce qu’elle a fonctionné (le raisonnement inverse est aussi vrai). Le temps passé pour se former, s’informer, chercher, échanger n’est jamais pris en compte, on peut le regretter et agir pour qu’il le soit mais ce n’est pas encore le cas.
Pour autant est-ce qu’on remet ainsi en cause les acquis que nos luttes ont instauré ?
Je ne crois pas.
Il me semble qu’il faut continuer à faire connaître et reconnaître ce que notre métier a de spécifique et, lorsque nos interlocuteurs sont de bonne foi (il y aurait là beaucoup à dire), ce n’est pas si difficile. En même temps, pas d’angélisme, nous ne faisons pas le plus beau métier dans le
meilleur des mondes. En ce qui me concerne si j’a
ntiers !). Par contre, si on veut nous enfermer dans des cases règlementaires alors je ne joue plus. Soit on parle d’élèves, de progression, bref de pédagogie et j’accepte de faire des efforts, soit on parle de flux, d’heures de cours, de mise à disposition (cf Thélot), bref de règlement et là je compte chaque heure de présence (voire j’envisage une reconversion !).

Autres articles de la rubrique Heure de vie de classe

Mots-clés