Les TICE en SVT

OPERATION UNE CLE USB DE SVT pour démarrer….

OPERATION UNE CLE USB DE SVT pour démarrer….

Par Yves Cauet, groupe SVT-SNES, janvier 2008

Dès l’an dernier, le MEN a donné, une clé USB aux néo-titulaires (y compris écoles) qui restera en leur possession. Le contenu a été sélectionné par les services du ministère et soumis aux IG. Ont été servies les disciplines qui ont réagi le plus vite (SVT, PC et HG-éducation civique).

L’opération se monte à 1 million d’euros pour la première année. Reconduite cette année, les mathématiques y seront ajoutées au printemps ainsi que tous les Professeurs néotitulaires.

D’une capacité satisfaisante de 2Go, son interface a été développée pour être utilisable avec Windows98 ou plus récent et sur Mac. Un navigateur (libre : Firefox) est livré et les liens utilisables sont activés avec ce navigateur. Elle fonctionne un peu comme un disque dur externe autonome.

Quels contenus ?

La page d’accueil comporte 5 chapitres :

Les liens institutionnels (sites nationaux, académiques, instructions officielles, votre carrière – accès à i-prof)

Du classique avec des liens rapides sur les nouveautés ( le socle commun par exemple)

Les ressources pour enseigner :

C’est la partie de la clé la plus intéressante mais uniquement avec des liens, pas vraiment évalués.Ils sont séparés en 2 thèmes Sciences de la Vie et Sciences de la Terre chaque lien est explicité pour un niveau donné.

Le contenu est assez varié avec ...de nombreuses ressources payantes, accessibles gratuitement pendant un an. Ex : le site.TV de France5 limite le téléchargement gratuit à 15 séquences vidéos sur une année. Les réabonnements ultérieurs “ pourraient ” être assurés dans le cadre de la décentralisation, donc dépendant des collectivités et des politiques locales des établissements.

Il y a aussi des ressources gratuites et des liens permettant d’accéder à des documents “ libres ” de droits.Exemples : sites cautionnés par l’inspection, logiciels, banques de données, de textes, d’images, animations ou vidéos, diaporamas, dictionnaires (comme Le Petit Robert en ligne, en accès direct et gratuit) et encyclopédies, presse et sites de référence. Une arborescence thématique (par thèmes disciplinaires…) permet de s’y retrouver facilement.

On retiendra surtout un bel ensemble de liens vers des sites de référence bien classés, décrits sobrement mais efficacement, faisant le tour des besoins les plus fréquents, avec quelques sites non institutionnels.

Les exemples d’usage : ://www.educnet.education.fr/bd/urtic/svt/

L’espace personnel : à l’usage du néotitulaire

La boîte à outils :
liens vers des logiciels très classiques libres de droit(pour lire le pdf, les vidéos, le son Mpeg, les diaporamas, compacter-décompacter, ...).

Quelques réserves :

Il s’agit donc d’abord de pages de liens (très peu de contenus en clair sur la clé) mais avec 2 Go, c’est un outil de stockage professionnel (ou personnel) “ confortable ”.

La clé fonctionne donc sous système d’exploitation Microsoft et sous MacOs. Inadapté à Linux, la Section Tice du MEN ayant estimé le coût de développement excessif pour un nombre d’enseignants “ infime ”. Reste le choix de Firefox et un accès au Service d’Information et d’Analyse des Logiciels Libres Educatifs...

La clé est identifiée par un serveur national et au niveau académique (une mise à jour peut être faite lors de la première affectation. On peut imaginer qu’il est alors facile d’identifier l’utilisateur de la clé.

La plupart des ressources sont accessibles sur le Net. Le ministère a privilégié la distribution d’une clé USB (autentifiée automatiquement) à un portail Web qui pouratnt aurait permis à tout le monde de pouvoir accéder à ces ressources pédagogiques (ce point fait débat au MEN mais serait à voir dans le cadre des ENT. En fait, la distribution de la clé a une valeur « symbolique ».

Finalement, quel intérêt ?

Un outil à plusieurs usages semble-t-il : faire lire et relire ce que le ministre décide, aider des éditeurs à diffuser leurs productions, fournir aux jeunes collègues un support “ commode ” pour enregistrer leurs dossiers pour la classe ou/et les orienter vers des ressources
sélectionnées, les inciter à exploiter les TICE et le Web.

Pourquoi seulement les néo-titulaires ? En dehors du coût d’une généralisation, il est clair pour le MEN que les jeunes professeurs sont plus utilisateurs des TIC que leurs « vieux » collègues. Sauf que les « jeunes » ont déjà acquis une clé USB pour leur utilisation et savent « jongler » avec les moteurs de recherche pour trouver de nombreux liens utiles pour leur enseignement. Alors, encadrement des jeunes (la liberté pédagogique n’est pas affirmée explicitement dans l’utilisation de la clé) ?

Au fait, à quand l’ordinateur gratuit pour chaque professeur ? Et la connexion gratuite ? Faudra-t-il se tourner encore une fois vers les collectivités territoriales (dont certaines « prêtent » un ordinateur portable dans le cadre d’équipement des collèges) ? C’est ce qui est envisagé dans les diverses hypothèses.

Autres articles de la rubrique Les TICE en SVT