Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 décembre, puis du 11 décembre au 10 janvier au Théâtre du Rond-Point

« Novecento »

Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui renoncera à tout jamais à mettre pied à terre, car, « alors que sur un piano il n’y a que quatre-vingt huit notes, dans la ville elles sont infinies ». Le très beau roman d’Alessandro Baricco a séduit André Dussolier, qui l’a mis en scène et interprète le narrateur, un trompettiste fasciné par Novecento.
Théâtre : "Novecento"
On est sous le charme du conteur et il lui suffit de presque rien pour nous emmener dans son voyage, une malle, une passerelle, en vidéo de fond de scène un gros plan sur les plaques rivetées de la coque d’un navire, sur les tuyaux de la salle des machines ou sur la skyline de New-York. La voix d’André Dussolier ouvre sur l’imaginaire et compose un portrait surprenant et poétique du petit monde du paquebot avec de l’amitié, de l’empathie, de l’humour, de la mélancolie, de la compétition aussi. Il parle, il se tait, il se déplace de la passerelle au côté du piano, il tangue au rythme des tempêtes, on l’imagine bien aux côtés de Novecento, cet homme capable de résister aux pressions pour rester lui-même. Il sert avec splendeur le texte d’Alessandro Baricco.

Novecento vit au tournant des années vingt et trente et il entend aussi bien Debussy que du jazz venu des États-Unis. Il écoute, il s’approprie ce qui se joue dans les salons des premières classes comme la musique des immigrants ou le ragtime des troisièmes classes et il invente, ne jouant pas « que les notes normales », comme le lui demande le chef ! André Dussolier a choisi, et l’on y prend un très grand plaisir, de laisser de l’espace à la musique, au jazz cette musique dont le texte dit avec humour « quand on ne sait pas ce que c’est, c’est du jazz ». Elle s’immisce dans le texte, elle raconte le passage du temps, les moments forts de l’histoire. Une petite formation, avec Elio di Tanna excellent au piano, Sylvain Gontard à la trompette, Michel Bocchi à la batterie et Olivier Andrès à la contrebasse apporte la couleur musicale qui imprègne le roman. C’est un magnifique spectacle que nous propose André Dussolier.

Micheline Rousselet

Du 12 novembre au 6 décembre à 18h30, relâche le lundi.

Du 11 décembre au 10 janvier à 21h, relâche le lundi, le 25 décembre et le 1er janvier

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Anne Baquet, soprano en liberté »
    Une soprano à la voix magnifique, c’est ce qu’on attend, mais quand en plus elle est rieuse, joueuse, sensuelle, bourrée d’énergie et d’humour et qu’elle forme un duo très drôle avec sa pianiste Claude... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Monsieur de Pourceaugnac »
    Á Paris Eraste et Julie sont épris l’un de l’autre, mais Oronte le père de Julie a décidé de la marier avec un riche gentilhomme limousin, Monsieur de Pourceaugnac. Pour faire échouer ce projet une... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Colette et l’amour »
    C’est à un « cabaret littéraire » que souhaite nous convier Philippe Tesson. On pense plutôt à une conversation animée qui fait vivre le personnage de Colette et son entourage, une Colette gourmande,... Lire la suite (Juin 2017)
  • « French touch »
    Au moment où la campagne électorale a fait résonner à nos oreilles la vieille antienne de la mise en danger de notre culture par ce qui vient de l’étranger, entendez par là le Sud de la Méditerranée,... Lire la suite (Juin 2017)
  • « Liebman renégat »
    L’acteur et humoriste belge Riton Liebman (entre autre dans Polisse de Maïwenn) a choisi de parler de son père, Marcel, brillant intellectuel de gauche belge, professeur d’université, juif marxiste... Lire la suite (Juin 2017)