2010

Nouveaux programmes en 2de et 1ère à la rentrée 2011

Voici les premières analyses du groupe, qui ne demandent qu’à être complétées : le débat est ouvert. N’oubliez pas de nous envoyer vos analyses, ainsi que les doubles des consultations académiques et de la consultation nationale sur le site Eduscol, si vous y avez participé, à l’adresse suivante : programmes@snes.edu. Nous aurons la parole lors de la commission spécialisée des lycées fin juin et du Conseil Supérieur de l’Education le 3 juillet. Nous y dirons ce qui remonte majoritairement de la profession.

Depuis le 3 mai, on peut consulter sur le site d’EDUSCOL le projet de programme de français pour les classes de 2de générale et technologique, les classes de 1ère générale et un supplément pour la 1ère L. Trois programmes qui ressemblent aux anciens si on ne regarde que les têtes de chapitres (et encore en lecture rapide) mais qui représentent en réalité un formidable retour en arrière.

Avant de rentrer dans le détail du texte, deux constats s’imposent.
Tout d’abord ces programmes sont applicables à la rentrée 2011, ce qui signifie qu’à la rentrée prochaine les élèves de « la nouvelle seconde » auront en français les « anciens programmes » mais aussi que les enseignants de français, à la rentrée 2011, auront à mettre en place des nouveaux programmes pour leurs classes de 2de ET de 1ère ! Une fois de plus, nous voilà gâtés ! Pourquoi ? On ne le sait pas puisqu’aucune explication n’est donnée par la DGESCO et que le doyen de l’IG de lettres est toujours aussi muet sur la question des programmes…
Deuxième constat : une fois de plus les élèves des séries technologiques sont les grands oubliés des réformes. Pourquoi n’a-t-on pas publié, en même temps, les programmes de toutes les classes de 1ère ? Que cache ce délai : un embarras, un désintérêt, un oubli ? Quand aura-t-on ce programme ? A la rentrée 2012 ?

La lecture du préambule est très instructive. On y comprend tout ce qui fait de ce programme une contrerévolution pédagogique. Si pendant quelques années on avait mis l’histoire littéraire au pilori, ce qui avait eu pour effet d’enlever une partie du sens aux textes étudiés, ce projet réalise de manière caricaturale « le retour de balancier » : tout l’enseignement de la littérature vise désormais essentiellement à « la construction progressive d’une conscience historique de la littérature ». D’autres « finalités » sont ensuite listées mais la première est bien celle qui guide l’ensemble. Exit les notions de type de discours et de registre, on n’étudie plus les textes que sous le filtre de leur appartenance à un mouvement littéraire et à un genre. Aucune interrogation n’est d’ailleurs posée sur l’ambiguïté de ces deux notions. Ainsi la première des "compétences" visées est : « Connaître les grandes périodes et les mouvements majeurs de l’histoire littéraire et culturelle ; savoir situer les œuvres étudiées dans leur époque et leur contexte » et la seconde : « Connaître les principaux genres auxquels les œuvres se rattachent et leurs caractéristiques ». On retrouve donc tout à fait l’esprit du programme de collège qui attend de l’élève qu’il pose un regard admiratif et respectueux sur les œuvres du patrimoine, l’esprit critique n’arrivant qu’en fin de peloton des "compétences" comme une concession faite aux tenants des précédents programmes…

Les objets d’étude qui constituent le corps du programme vont dans le même sens. Les rédacteurs semblent avoir tenu compte de la réduction de l’horaire d’enseignement puisque ces objets d’étude ne sont plus qu’au nombre de 4 mais ils ont ajouté une partie « Etude de la langue » pour laquelle les objectifs et instructions sont très flous. On y trouve rassemblé ce qui a été pratiquement exclu du programme de collège, « la grammaire de texte et la grammaire de l’énonciation ». Il semble que ces apprentissages ne soient pas décloisonnés de l’étude des textes mais le deuxième paragraphe de cette partie a tendance à « ménager la chèvre et le chou » ! Les rédacteurs ont également apparemment souhaité ne pas trop « bousculer » les collègues et ont donc repris les intitulés des objets d’étude actuel en y ajoutant à chaque fois une perspective historique qui fait de chacun un thème d’histoire littéraire : « Le roman et la nouvelle au XIXe siècle : réalisme et naturalisme », «  La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme », « La poésie au XIXe siècle : du romantisme au symbolisme », « Genres et formes de l’argumentation : XVIIe et XVIIIe siècles ». Ceux d’entre nous qui n’avaient pas pris la précaution de garder au chaud leur « Largarde&Michard » vont pouvoir aller faire les bouquinistes ! Il semble toutefois que l’on ait le droit, de temps en temps, de faire lire quelques textes plus récents, histoire de montrer aux élèves « comment c’était mieux avant » !!!
La dernière partie qui liste les « activités et exercices » manque cruellement de documents d’accompagnement mais on sait que ce n’est plus la mode… On y apprend que l’on doit préparer les élèves à réussir les exercices de l’EAF… que l’on ne connait pas.

Le programme de 1ère est exactement dans le même esprit. On privilégie toujours l’histoire littéraire et l’étude des genres. On reprend des objets d’étude qui « ressemblent » à ceux d’aujourd’hui tout en étant soumis à la perspective unique de l’histoire littéraire : «  Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours », « Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIIe siècle à nos jours », «  Écriture poétique et quête du sens, du XVIe siècle à nos jours », « La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation du XVIe à nos jours ». La logique de la progression est claire : en 2de, ils sont débutants donc on étudie un seul siècle dans chaque objet d’étude ; en 1ère, ils sont grands, alors on étudie plein de siècles, dans l’ordre, dans chaque objet d’étude. Qu’est-ce que ça change en matière de perspective d’étude ? Rien !

Pour la classe de L, on retrouve la même logique. Le programme contient seulement deux objets d’étude supplémentaires pour que les élèves en sachent un peu plus en matière de « culture littéraire », autrement dit « d’histoire littéraire » : « Vers un espace culturel européen : Renaissance et humanisme » et « Les réécritures, du XVIIe siècle jusqu’à nos jours ». En effet l’objectif affiché de permettre «  la découverte de problématiques liées à la poursuite d’études dans le champ des humanités » est bien flou et surtout on ne voit pas comment il se traduit dans les deux objets d’étude proposés.

En fin de programme, on trouve deux chapitres qui concernent les 3 programmes (2de, 1ère, 1èreL), sans que l’on comprenne bien comment ils se relient à ce qui précède : «  L’histoire des arts en 2de et en 1ère » et « L’éducation aux médias ». Là encore, le contenu est « un fourre-tout pas très net » qui pourrait se résumer ainsi : « Faites au mieux avec ce que vous avez ! »

Ce programme est consultable mais il semble que les professeurs de lettres soient eux-mêmes consultés sur ce programme, entre le 3 et le 28 mai, nous dit-on sur le site d’EDUSCOL. Pourtant, la consultation débute lentement (voire pas du tout) dans la plupart des académies, quand, dans les autres, on nous annonce déjà qu’elle sera close le 19 mai… Encore une fois, tout cela est furieusement démocratique ! Encore une fois, il va falloir être réactifs !

Autres articles de la rubrique 2010

  • Socle, livret & Co sur eduscol
    Pour connaître l’actualité des programmes et instructions officielles, nous avons pris l’habitude ne visiter le site d’eduscol, puisque la formation continue est totalement indigente, que nos IPR ne... Lire la suite (Novembre 2010)
  • Le nouveau programme de 1ère L (en bref)
    Ce programme est applicable à la rentrée 2011. Pour la classe de L, on retrouve la même logique dans la présentation et le cotenu du programme que pour le cours de tronc commun. Les élèves de... Lire la suite (Octobre 2010)
  • Le nouveau programme des 1ères générales (en bref)
    Ce programme est applicable à la rentrée 2011. Les élèves entrant en 1ère cette année-là n’auront pas traité le nouveau programme en 2de ! Le programme de 1ère est exactement dans le même esprit que... Lire la suite (Octobre 2010)
  • Sujet de brevet 2010 : pauvre Colette…
    Depuis 2 ans, les sujets de brevet sont de moins en moins conformes au programme de 3ème et de plus en plus dans « l’esprit » du socle commun. Les questions n’ont d’analyse que le nom : il s’agit le... Lire la suite (Octobre 2010)
  • Le groupe Lettres et la DGECO ne se quittent plus !
    Le programme de terminale L a fait le buzz dans les médias pendant plusieurs semaines en mai et juin. On a tout entendu sur les qualités littéraires du Général mais bien peu sur les considérations... Lire la suite (Octobre 2010)

Mots-clés