Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stephan Streker (Belgique-Pakistan-Luxembourg-France)

"Noces" Sortie en salles le 22 février 2017.

Zahira, jeune étudiante belgo-pakistanaise est très proche de sa famille dont elle aime chaque membre intensément.

A la suite d’une interruption volontaire de grossesse, alors qu’elle entretient une relation amoureuse avec Pierre, un garçon du groupe d’amis étudiants qu’elle fréquente, sa famille très fidèle aux traditions et pour qui une jeune fille pakistanaise doit obligatoirement épouser un garçon pakistanais, veut lui imposer un mariage traditionnel.

Écartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, Zahira compte sur l’aide de son frère Amir dont elle est très proche.

Mais celui-ci qui connaît les mêmes tiraillements que Zaira, même s’il n’est pas insensible aux attraits de la culture occidentale, s’applique à rester dans la droite ligne des règles sociales et religieuses de son pays d’origine.

Cinéma : Noces

Le film de Stephen Streker révèle le poids des traditions de la communauté pakistanaise émigrée en Europe. L’éloignement du pays d’origine n’ôte rien à la rigueur dont font preuve les communautés exilées.

Le non-respect des règles, notamment celles concernant les mariages, peut jeter le discrédit sur une famille et la voir mise à l’index de la communauté transplantée et tout autant dans la région du Pakistan dont elle est originaire.

Stephan Streker définit son film comme une tragédie grecque dans la mesure où, comme dans la tragédie grecque, c’est la situation qui est monstrueuse et qui décide pour les personnages.

Les règles qu’imposent les coutumes et les traditions font fi de l’évolution des mentalités du pays d’adoption et il y a là une sorte de paradoxe. Une opposition entre la parfaite intégration des protagonistes au mode de vie du pays, l’adhésion à tout ce qui est avantage et commodités et le verrouillage qu’impose le respect des règles ancestrales qui sans doute peuvent paraître obsolètes jusque dans le pays d’origine.

Mariages forcés, mariages interdits, les contraintes qui, au nom de quelle morale, résistent à l’évolution naturelle des mœurs et au passage des frontières, sont des sujets dont s’empare de plus en plus le cinéma pour dénoncer la force aveugle des traditions.

Une force des traditions qui gagne jusqu’aux jeunes générations qui prennent le relais avec un arrière-goût d’intégrisme...

Un film d’une grande force...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)