Les LV aux congrès

Mandats LV votés au congrès du SNES 2007 (Clermont-Ferrand)

Thème 1

A ce titre, les conditions d’évaluation des capacités expérimentales, des TPE, ou des langues vivantes en STG, posent de nombreux problèmes et le SNES dénonce l’absence d’égalité de traitement et d’anonymat des candidats et donc s’oppose au CCF pour l’épreuve orale de langue vivante dans les séries STG.

Série STG :

La réforme STG est entrée dans sa deuxième année et sera marquée par la première session du baccalauréat STG. Un premier bilan initié par le SNES auprès des collègues permet de constater que, si les contenus sont jugés cohérents, les programmes sont souvent trop lourds, les horaires sont insuffisants pour transmettre les concepts nécessaires à la maîtrise des contenus par les élèves. C’est pourquoi il faut une augmentation des horaires à la fois dans les disciplines technologiques et générales, notamment en français et en langue vivante. Une première évaluation de la réforme s’impose donc. Le SNES portera cette exigence.

II.1.1.1 Socle commun

Inspiré du cadre européen de compétences clés, le socle s’appuie sur une conception utilitariste de la formation, morcelée en micro-compétences. Il délégitime certaines disciplines comme l’EPS, la technologie ou les enseignements artistiques (pensées uniquement sous l’angle d’acquisitions transversales, comme si elles n’avaient pas d’objectifs propres) ou comme les langues vivantes réduites à de simples outils de communication. Piloté par la politique de réduction des coûts, il ne pose jamais la question des conditions de travail des élèves au sein de la classe, ni du temps nécessaire pour les différents apprentissages.

Il induit une réorganisation en profondeur des parcours scolaires. Tandis que certains élèves pourront bénéficier de l’ensemble de la culture scolaire, d’autres se verront relégués au seul socle et renvoyés à une hypothétique formation tout au long de la vie alors que toutes les études montrent que celle-ci bénéficie essentiellement à ceux qui sortent les mieux formés de la formation initiale.

II.1.1.2 Livret de compétences

Avec le socle commun le livret de compétences, qui doit entrer en vigueur à partir de la rentrée 2007, change profondément le rapport de l’élève à l’école qui ne sera plus un lieu de découverte et de construction des savoirs, mais celui de l’évaluation incessante de micro-compétences. Ce livret constituera une surcharge de travail pour les enseignants en leur imposant de renseigner des centaines d’items que le professeur principal devra valider sans que l’on sache quel enseignant sera mis à contribution pour l’évaluation des compétences transversales. L’organisation de l’enseignement autour de programmes disciplinaires est, de fait, remise en cause. Le SNES votera au CSE d’avril contre le décret qui institue ce livret de compétences et rappellera son attachement aux diplômes auxquels ne sauraient se substituer ni livret de compétences ni certifications. De même il votera contre le décret qui assujettit l’obtention du brevet à la validation préalable du socle commun (B2i et niveau A2 en langue dans un premier temps).

II.1.5. LVE et LR

Les réformes en cours dans l’enseignement des langues apparaissent comme une menace pour l’ensemble de la profession car elles risquent d’être généralisées à toutes les disciplines à travers le socle commun dont elles partagent la logique.

Le Snes réaffirme son refus de l’appauvrissement des contenus en LVE sous couvert de mise en place du CECRL (cadre européen commun de références pour les langues). Le plan de « rénovation des langues » incite à la mise en place de « groupes de compétences » qui deviennent des groupes de niveau. Ce plan se met en place à marche forcée. Il est un prétexte à la déstructuration de l’enseignement des langues et préfigure l’évolution envisagée pour d’autres matières. Il participe d’une transformation profonde et inquiétante du système éducatif.

Si nous sommes d’accord avec la nécessité de faire travailler les élèves sur toutes les activités langagières, nous rejetons les groupes de compétence car ce mode de répartition des élèves a des conséquences négatives tant sur le plan pédagogique (éclatement de la classe, émiettement des apprentissages, accroissement des écarts entre les élèves et perte de sens) que sur le plan du métier (voir thème 2). De plus les certifications confiées par appel d’offre à des instituts privés constituent une étape vers la privatisation que nous condamnons.

Le Snes réaffirme la nécessité absolue de voir enfin à l’œuvre une politique volontariste concernant l’offre d’enseignement alors que, pour cause de réduction des dépenses publiques, on supprime des postes de professeurs de LV année après année. Nous revendiquons pour l’enseignement des langues vivantes des horaires suffisants (3 heures/élèves minimum) de manière à offrir à l’ensemble des élèves des conditions d’apprentissage à la hauteur des besoins du pays. Or la restriction des moyens conjuguée à la volonté de réduire les apprentissages aux compétences conduit à une limitation inacceptable de la diversité de l’offre de formation. Nous demandons par ailleurs une aide à l’organisation des voyages linguistiques et à l’obtention d’un assistant de langue.

Le socle commun installe deux niveaux d’exigence : le niveau A2 du CECRL est requis pour le valider alors que celui de la fin de scolarité obligatoire est B1. La mise en place du livret de compétences, évaluant toute une liste de micro-compétences, réduit l’apprentissage de la langue à une somme de compétences langagières.

Enfin même si le Snes approuve la prise en compte de l’oral dans l’examen du baccalauréat, il ne peut approuver les modalités proposées cette année en STG. Nous refusons le CCF et nous demandons que les épreuves orales soient organisées comme des épreuves terminales du bac.

Langues régionales :

Les langues régionales et d’outre mer participent de la diversité constitutive de l’identité nationale. La France a signé la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles » ainsi que la « Convention sur la sauvegarde du patrimoine immatériel de l’humanité ». Ces deux textes ont maintenant valeur de loi dans notre pays. Ils doivent donc être mis en oeuvre et permettre la promotion des langues et cultures de France. De l’initiation à l’enseignement dans la langue en passant par l’optionnel ou le bilinguisme à parité horaire, les demandes, l’offre, les situations sont diverses. Pour nous, toutes ces formes d’enseignement doivent être développées dans le Service Public pour contribuer à enrichir les pratiques linguistiques. Comme pour les LVE, nous exigeons une véritable diversification, la continuité sur l’ensemble du cursus scolaire, le respect des horaires nationaux et des conditions décentes d’enseignement.

II.2.3.1.1. Pour une culture commune

Le Snes revendique une réflexion sur les contenus qui les intègre dans une culture commune, et considère la pensée, les démarches scientifiques et l’attitude critique qui doivent les accompagner comme des éléments clés. La culture commune que nous revendiquons repose sur un enseignement qui prend en compte tous les champs de savoirs et leurs variétés d’approche, qui n’oppose pas « abstrait » et « concret », où chaque type d’enseignement se nourrit de l’autre, sans en rabattre sur les exigences propres à chaque matière. Elle doit prendre en compte l’évolution des savoirs et de la société (santé, environnement…). Elle doit transmettre à tous les élèves une approche critique de la production des biens et des services, du travail. Elle intègre dans le travail scolaire l’action, la prise d’initiatives, les productions artistiques et culturelles assumées par des enseignements obligatoires. Elle vise à créer du collectif, du lien social, de la solidarité plutôt que de la compétition et de l’individualisme scolaire. Une telle culture commune n’est pas envisageable sans mixité sociale. De ce point de vue, il est urgent de revoir la place de l’histoire sociale, des sciences sociales, d’introduire dans les programmes la question du travail en société. De même il faut accorder une plus grande place aux langues et évoluer vers une conception de la langue moins normative, plus ouverte à l’analyse des variations et des pratiques sociales ; développer le savoir lire à tous les niveaux par une pédagogie à multiples facettes combinant l’apprentissage des règles de la langue et l’accès au sens et au plaisir de lire.

IV.4

Le SNES propose d’améliorer la diversité et la nature de l’offre de formation, singulièrement dans les établissements situés dans les secteurs difficiles (variété des langues vivantes, implantation de CPGE et de BTS, développement des enseignements artistiques par exemple).

Thème 2

Des enseignements, comme les arts, les langues vivantes, l’EPS sont menacés d’externalisation.

Défendre la liberté pédagogique ainsi définie et l’existence de programmes d’enseignement et de diplômes nationaux sont les deux volets d’une même exigence face aux deux types de dérive que l’institution encourage actuellement et que le SNES combat :

- l’encadrement ” pédagogique par :

– l’imposition de “ bonnes pratiques ” refleurissant périodiquement : groupes de niveaux tels les “ groupes de niveaux de compétence ” en langues vivantes, “ démarche d’investigation ” promue à travers l’expérimentation d’un enseignement de “ sciences intégrées ” en Sixième, évaluation par livret de compétences imposée par le socle commun…ce qui fractionne les savoirs en micro compétences, instauration du PPRE, de la note de vie scolaire, autant de pratiques qui concourent à accentuer les inégalités entre élèves et amorcent un dévoiement du rôle et des missions des enseignants et leur déqualification ce que le SNES doit appeler à combattre.

1.1.3. Les groupes de niveaux de compétence : un danger pour le métier

Le SNES a mis en garde contre ce mode de répartition des élèves qui présente plus de dangers que d’avantages :

- sur la vie de l’établissement : organisation des emplois du temps en fonction des alignements en LV, “ marginalisation ” des profs de langues par rapport aux autres profs.

- sur les conditions de travail des enseignants : volume énorme d’heures de concertation non (ou sous) rémunérées, difficulté d’organiser les groupes : les élèves sont réticents à changer de groupe 3 fois par an car il y a perte de cohésion des groupes d’élèves et aussi perte du lien élève/prof ; difficulté de suivi des élèves (puisqu’il y a plusieurs changements dans l’année), conseils de classes multipliés

- sur l’efficacité pédagogique : morcellement de l’enseignement en série de multiples compétences et visée très utilitariste des LV (liée au Cadre Européen), évaluation permanente de micro-tâches, ce qui va à l’encontre de la construction des savoirs et de la culture commune
Ces groupes s’avèrent être des groupes de niveaux. Se crée donc un accroissement des écarts et finalement une sélection des élèves qui est souvent synonyme de tri social.

Les langues vivantes servent de laboratoire d’expérimentation, ces groupes de niveaux de compétences sont la porte ouverte à toutes les déréglementations possibles : plus d’horaires nationaux, plus de programme national, certifications …et donc un enseignement très “ local ”.

Le SNES s’oppose à toute certification concurrente de l’examen national ou s’y substituant. Il revendique l’abandon des groupes de niveaux de compétences.

1.3.2. Mention complémentaire et bivalence

Malgré la publicité que le Ministère a fait auprès des candidats aux concours, malgré les promesses d’affectation prioritaire ou de prime, les mentions complémentaires n’attirent pas les candidats : 33 lauréats d’un CAPES en ont obtenu une sur les 492 inscrits qui avaient réussi leur concours en 2006. A l’heure actuelle, seuls 19 stagiaires sont en passe de la valider, les autres étant en report de stage ou ayant renoncé. Pour autant le ministre veut aller plus loin en créant des CAPES bivalents. C’est pourquoi le SNES s’oppose à la création des mentions complémentaires (obtenues par concours, par la VAE) qui, en portant une grave atteinte à nos qualifications et à la maîtrise des savoirs scientifiques, ne sauraient constituer qu’un appauvrissement et produiraient un enseignement au rabais. Les disciplines artistiques, la documentation, les langues vivantes… sont particulièrement menacées par la création de mentions complémentaires (existant pour l’instant en arts plastiques). On voit bien la logique qui consisterait petit à petit à maintenir des CAPES dans les seules disciplines “ dites fondamentales ” (ce qui correspondrait d’ailleurs à la logique du socle)

Autres articles de la rubrique Les LV aux congrès