Actualité théâtrale

au Petit Montparnasse

"Madame de…Vilmorin" d’après les entretiens d’André Parinaud mise en scène Ch Dejoux

Les enregistrements radiophoniques d’André Parinaud avec Louise de Vilmorin datent de 1957.
Anne Le Goff et Coralie Seyrig, séduites par l’originalité, le charme et la drôlerie des propos de cette femme dont le mélange de candeur et de malice fait merveille, ont décidé de les adapter pour le théâtre.
Le spectacle a été créé au Théâtre des 13 vents CDN Languedoc-Roussillon Montpellier en octobre 2010.
C’est avec cocasserie et une grande intelligence que Louise Vilmorin parle de son enfance et de sa rencontre avec les hommes qui ont marqué chacun à sa façon, une étape de sa vie. Cocteau qui faisait le pitre avec une fausse langue rouge pour aller dire bonsoir aux enfants et qui racontait si bien la promenade champêtre qu’ils venaient de faire qu’à travers ses propos elle s’y révélait. Saint-Exupéry, un homme naïf, imprévisible et fidèle, André Malraux et Gaston Gallimard qui l’ont révélée à elle-même ou encore Duff Cooper.
Ses confidences sont interrompues à deux reprises par deux poèmes accompagnés au piano.
Louise Vilmorin est une incorrigible dépensière que "l’argent ruine" qui aurait tant aimé être fidèle et qui préfère de loin la poésie au roman, un genre mineur à qui elle doit pourtant sa célébrité.
Louise de Vilmorin qui ne fréquenta jamais aucune école, représente pourtant la quintessence de la culture française de son époque. Son enfance solitaire et rêveuse n’annonçait en rien l’existence tourmentée, superbe et un rien sulfureuse qui fut la sienne…

Coralie Seyrig dit, une heure et demi durant, le monologue et devient cette femme toute de contrastes. L’élégance et le raffinement voisinent avec une pointe de gouaille et une évidente insolence vis-à-vis des règles dictées par la grande bourgeoisie, qu’elle ne cessera de respecter et de bafouer mais avec tant d’élégance…
La mise en scène fluide, légère, aérienne de Christine Dejoux et le jeu de Coralie Seyrig s’accordent parfaitement.
Cette "Madame de…Vilmorin" est de très bonne compagnie. On rit beaucoup.
Francis Dubois

Petit Montparnasse
31 rue de la Gaîté
Paris XIVème
Renseignement et location au 01 43 22 77 74 - se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)