Colloque des 3 et 4 février 2005

MANIFESTE pour l’Art à l’Ecole Un projet ambitieux reste à construire

Un projet ambitieux reste à construire

Les activités artistiques sont au cœur de notre société, l’éclairant, la contestant souvent, la transformant aussi. Les preuves quotidiennes foisonnent et sont visibles, palpables, audibles.

Créateur de lien dans la société, l’art est aussi expression de ses singularités. Il est parfois instrumentalisé, fréquemment confisqué au profit d’une minorité. Il est toujours un témoin de son époque et donne des clés pour s’ouvrir au monde et se construire.

L’école a ainsi le devoir de permettre à tous les élèves d’accéder à cette lecture du monde, dans une posture critique et citoyenne, par des chemins divers qui mêlent pratiques artistiques, expériences, création, imagination, contact avec les œuvres et avec les artistes.

Lieux d’appropriation privilégiée de concepts et de savoirs originaux et modernes, les enseignements artistiques sont largement ouverts à différents domaines : musique, arts plastiques, arts appliqués, danse, cinéma et audiovisuel, théâtre, histoire des arts, arts du cirque... Ils permettent naturellement de construire des projets interdisciplinaires, de développer des projets de classe, et savent s’appuyer sur des partenariats.

Pourtant, malgré ces évolutions, les enseignements artistiques et plus largement, l’éducation artistique et culturelle n’ont pas encore trouvé la place qu’ils méritent dans le système scolaire.

La future Loi d’Orientation pour l’Ecole doit la leur donner

- La place des enseignements artistiques doit être reconnue, confortée, pérennisée. Leur caractère obligatoire ne doit en aucun cas être remis en cause, de l’école à la fin du collège, et l’offre en lycée doit être considérablement renforcée. N’oublions pas, que pour la plupart des élèves, l’école seule leur donne accès à une formation et à une culture artistique et constitue un véritable enjeu de démocratisation. La loi d’Orientation doit affirmer le caractère indispensable pour tous les élèves, des enseignements artistiques. Ils ne sauraient être absents de la culture commune dispensée à tous.

- Les contenus disciplinaires doivent permettre de mieux prendre en compte certains domaines artistiques : notamment l’architecture (lecture et compréhension du paysage, dimensions spatiales, patrimoniales...), l’image dans toute sa complexité (plastique, sonore, virtuelle, publicitaire, médiatique...), la danse et les arts du cirque en éducation physique et sportive.

- Les conditions d’enseignement doivent être améliorées et l’effort d’équipement des établissements scolaires doit être poursuivi.

- Les chorales, ensembles instrumentaux, ateliers, dans lesquels aujourd’hui des milliers d’élèves et de professeurs s’investissent, doivent être financés sur des dotations spécifiques et généralisés.

- La danse et les arts du cirque, dans le cadre de l’UNSS, doivent être développés.

- En s’appuyant sur les professeurs d’enseignements artistiques et d’éducation physique, sur les équipes pédagogiques et sur l’ensemble de la communauté scolaire, il faut créer de nouveaux espaces dans le temps scolaire facilitant la mise en œuvre de projets, par les équipes volontaires, avec des partenaires extérieurs, des collectivités locales, des artistes. L’intervention des artistes intermittents dans ce cadre, doit être clairement prise en compte dans leurs droits à indemnisation.
Ces espaces de création, de liberté, d’innovation, de citoyenneté, permettraient notamment de travailler en interdisciplinarité et permettraient aussi une plus grande ouverture dont l’école a besoin.
Au-delà des enseignements artistiques, l’éducation artistique et culturelle doit être une obligation dans la formation de tous les élèves. Cette obligation doit elle aussi être affirmée dans la future Loi d’Orientation pour l’école.

L’ensemble des signataires demande des actes, des engagements à long terme, et un vrai budget pour l’Art à l’école qui doit cesser de dépendre des aléas de la vie politique.


Pour nous écrire : enseignements artistiques

Pour télécharger le manifester en format

manifeste

Autres articles de la rubrique Colloque des 3 et 4 février 2005