US Magazine 706 du 5 mars 2011

Lycées et futurs lycéens touchés de plein fouet

La réforme du lycée met à mal le groupe classe : langues vivantes, enseignements d’exploration en
Seconde et spécifiques en Première (mathématiques et enseignement scientifique en L et ES par
exemple), tronc commun de Première (langues vivantes, histoire-géographie, français par exemple),
accompagnement personnalisé, sont autant d’occasions de faire des économies en regroupant
les élèves sur des critères variés et variables au fil des enseignements et des circonstances.

Le travail en équipe pédagogique s’est
compliqué cette année avec la réforme
en Seconde, du fait de la multiplication
des enseignants intervenant dans les
classes. En sera-t-il de même l’an prochain
en Première ?

La réforme du lycée met à mal la cohérence
de l’offre de formation des établissements :
suppression d’enseignements d’exploration
en classe de Seconde, suppression
d’options en Seconde et en Première
(langues vivantes et anciennes, enseignements
artistiques, mathématiques), suppression
de filières ayant de bons résultats,
la pression est constante sur les chefs d’établissement
et sur les équipes pour « mutualiser
 » tout enseignement qui risquerait de ne pas faire le plein avec un autre lycée. Les
ambitions pédagogiques affichées par la
réforme sont bien loin de la réalité... Et les
besoins d’aide, soutien et autres accompagnements
risquent bien d’exploser.

Quelles seront les conditions
de travail des personnels ?

Comment les élèves et leur famille saurontils
se retrouver dans ce maquis ? Comment
croire à une amélioration des conditions
d’étude ? de l’orientation ?
Le SNES appelle à manifester son refus de
cette réforme : actions locales, pétition et
manifestation nationales, tous mobilisés !

Valérie Sipahimalani
lycees@snes.edu

Autres articles de la rubrique US Magazine 706 du 5 mars 2011