US 688 du 17 décembre 2009

Lycée : mise en musique du décret

Les textes votés par le CSE1 du 10
décembre inscrivent la réforme du
lycée dans le cadre du désengagement
de l’État et d’une nouvelle organisation
des établissements.

REMISE EN CAUSE
DU FONCTIONNEMENT ACTUEL

➠ Conseil pédagogique chargé de préparer l’utilisation
des horaires globalisés, la répartition des dédoublements,
la mise en place de l’accompagnement personnalisé,
l’évaluation des activités scolaires...

➠ Heures en groupes à effectif réduit réparties
localement hors de toute grille nationale : 10 h 30 en
classe de Seconde, soit le quart de la dotation par
classe, et de 6 à 10 heures selon les séries dans le cycle
terminal général.

➠ Accompagnement personnalisé de 2 heures hebdomadaires
par élève : les heures profs au-delà des
2 heures seront déterminées par l’établissement et
prises sur la part globalisée.

➠ Glissement des missions des enseignants :
accompagnement personnalisé, tutorat, stages non
évalués de remise à niveau.

➠ Attribution de la dotation des classes de Première
par les recteurs en deux temps : le tronc commun,
puis les heures spécifiques aux séries, en groupant
autant que possible les élèves par groupes de 35, faisant
donc éclater les classes et les séries.

RGPP2 ET DIMINUTION DE L’EMPLOI
PUBLIC

➠ Non-remplacement d’un fonctionnaire sur
deux, recours aux heures supplémentaires et
aux personnels précaires.

➠ Mise en place systématique des indicateurs
de performance et des contrats d’objectifs.

➠ Inspections pédagogiques réservées aux
débuts de carrières et aux enseignants « en difficulté »,
recentrage des missions des IPR3 sur les établissements
et leurs résultats.

➠ Renoncement à la démocratisation du lycée : traitement
de la difficulté scolaire hors de la classe, assorti
de dispositifs de réorientation, réforme de la voie professionnelle,
discours sur la seule obligation de formation
(et non pas de scolarisation) des 16-18 ans, mise en
avant de l’apprentissage...

Au final, de quelle autonomie s’agira-t-il ? Gérer la
pénurie de moyens avec des classes le plus chargées
possible, la concurrence entre collègues, disciplines
et établissements.
Faites vos comptes ! Quelles seront les conséquences
en termes de climat de travail et de nombre de postes
dans votre établissement ?
Cette politique est inacceptable.

Valérie Sipahimalani

1. Conseil Supérieur de l’Éducation.
2. Révision générale des politiques publiques.
3. Inspecteurs pédagogiques régionaux.

Autres articles de la rubrique US 688 du 17 décembre 2009