US 688 du 17 décembre 2009

Lycée Jean-Lurçat à Paris

De la mobilisation des collègues de Jean-Lurçat (Paris XIII), la presse n’a retenu que l’attitude
inacceptable d’une classe vis-à-vis d’une collègue qui, dans des conditions difficiles, reste
ferme en matière d’exigence dans sa discipline.

Pour les collègues comme pour la section académique, l’essentiel n’est pas là. Certes, elle est
révélatrice des difficultés d’exercice dans la voie technologique, de la dégradation des
conditions de travail et du manque de moyens mais, surtout, notre collègue n’a reçu, jusqu’à
la grève, aucun soutien de son administration, la direction de cet établissement allant jusqu’à
demander aux élèves un « rapport » sur les collègues quand ceux-ci sont en butte à l’hostilité
de leur classe.

Le S3 a alerté le rectorat sur cet établissement en comité techno prioritaire (CTP) un mois
avant l’événement. Une fois de plus, il aura fallu attendre la grève et un article dans Le Monde
pour que les autorités académiques réagissent.

Autres articles de la rubrique US 688 du 17 décembre 2009