US Magazine 695 du 25 avril 2010

Lettre ouverte <BR> Des enseignants du lycée Charlemagne de Paris

Monsieur le Proviseur,
Monsieur le Ministre,

Nous vous faisons une lettre que vous lirez peut-être,
si vous avez le temps. Nous venons de recevoir la nouvelle
de nos « nominations » au conseil pédagogique, pour le 25 mai.
Monsieur le Proviseur, nous ne voulons pas le faire.
Nous ne sommes pas sur terre pour superviser nos collègues
ou trahir nos élèves.
Ce n’est pas pour vous fâcher, il faut que l’on vous dise.
Notre décision est prise, ce conseil pédagogique, nous allons
le déserter. Depuis que nous enseignons, nous avons vu passer
les réformes, avons souvent été méprisés, parfois insultés
et toujours mal payés. L’École publique est proche de sa tombe,
se moque des conseils pédagogiques et se moque des oukases.
Demain, de bon matin, nous ouvrirons la porte de nos classes
et poursuivrons le dur chemin de l’enseignement de qualité.
Nous irons dans les réunions, dans les débats, de Bretagne
en Provence, et nous dirons aux gens : refusez d’obéir, refusez
de le faire, N’acceptez pas cette réforme, refusez d’obtempérer.
S’il faut brader l’enseignement public, alors bradez-le,
Monsieur le Ministre, mais sans nous. Si vous nous poursuivez,
sachez que nous ne sommes pas décidés à nous laisser
intimider. Et que vous pouvez nous menacer.

Autres articles de la rubrique US Magazine 695 du 25 avril 2010