Archives

jusqu’au 10 juin

Les ouvertures sont Maison de la Poésie –partenaire Réduc’snes-

Créé au Théâtre des Amandiers-Nanterre le 12 janvier 2002, ce spectacle écrit et mis en scène par Jacques Rebotier avec sa Compagnie "voQue" (voix, invocation, équivoque aussi), est interprété par Eric Frey et Océane Mozas. Quelques extraits du texte mêlant poésie, humour et musicalité (publié dans Le Dos de la langue, aux éditions Gallimard, 2001) :
"Il y a aussi des ouvertures dans les autos, les bateaux, les avions. En avion elles sont généralement fermées. (…) Chaque jour un grand nombre de vers de terre passent également la frontière, sans aucun contrôle. Un grand nombre de vers de terre passent quotidiennement la frontière, en toute illégalité. (…) Dans les systèmes de pensées, les pensées sont fermées avec système. (…) Les hommes s’essayent à fermer les inévitables ouvertures dans les systèmes de pensée, mais il n’y arrivent pas vraiment. On parle alors souvent de… théorie.
Pas vraiment, vraiment pas.
Citez ce qui jouit de la plus libre circulation : les marchandises, les idées, l’argent, le sable, les gens.
Classez-les dans l’ordre."
Dans sa note d’intention, Jacques Rebotier décrit ainsi une partie de son projet :
" Un petit voyage intérieur, à l’intérieur de la parole, et de sa fabrique. (…) Faire éloge de la pensée et de son libre fil. Montrer la pensée par vagues successives.
Entrer dans sa vraie logique qui est aussi celle du son, de la couleur, et des rêves. Mettre ça à voix haute, enfin pas trop, non. Pas détruire jolies volutes bleues. Non-non.
Pensées papillotantes, lumières qui flottent, bribes de sens.
Prendre un bain de phrases. (Plan arrière : la rumeur, ou le bruissement, du monde.)
Grande évidence, petit mystère : l’être humain parle en expirant. Il parle sur son expir, mieux, il l’utilise, le détourne, broie le souffle, le malaxe, le sculpte de sa langue et de tous ses muscles buccaux pour en faire : parole. Pur parasitage ! « Commensalité » dirait le petit héron perché, commensal, sur son hippopotame. Mystère, deuxième : mon corps est traversé d’air, d’univers, bref d’extérieur. Scandale : mon très intérieur est en réalité un très extérieur ! Et ce que j’appelle mon corps est en réalité, fragile épaisseur entre paroi interne et paroi externe, le mince vêtement de ce conduit. Périssable et léger, à peine épais.
Explorons voir cette ouverture-là, et quelques autres, du corps.
Puis re-zoom, mais arrière, autres orifices : dans les maisons, les trains, et ces trous que font les vers dans la terre, et les galeries minières qu’opèrent d’autres vermisseaux.
Que dire alors de tous ces murs qui s’efforcent de stopper le flux, frontières des états, portes et cloisons des maisons, peaux des corps ? Lever l’ancre avec des acteurs-aventures, aimés aussi pour leur oreille et leur goût de la forme.
Parler, chanter, parler-chanter, chantonner, chantouiller, chanter.
Petit chœur quotidien, à deux.
Jouer avec eux le jeu –la carte– d’un théâtre de l’intérieur, et du très intérieur, qui est l’intime. Jouer la magie, ou bien sinon tant pis
"
Ecrivain, compositeur et metteur en scène, Jacques Rebotier s’intéresse particulièrement aux rapports de la musique avec le texte. Il a écrit de nombreux textes poétiques, insolites et corrosifs à la fois (en particulier contre les injustices contemporaines). Il a mis certains d’entre eux en scène dans des spectacles-évènements, dérangeants et joyeux, en parcourant la diversité de grands lieux du théâtre contemporain : au Théâtre du Lierre avec "La musique adoucit les sons" en 1992, puis à l’Athénée, au Théâtre national de Strasbourg, à La Bastille, au Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, au Théâtre des Treize Vents à Montpellier… jusqu’à sa récente création remarquée "de l’omme" au Théâtre National de Chaillot, réflexion satyrique sur l’évolution de l’humanité et ses dérives suicidaires, en fin d’année 2006.
Philippe Laville

Maison de la Poésie
- salle Pierre-Seghers
Passage Molière 157, rue Saint-Martin 75003 Paris - Métro Rambuteau
Mercredi et samedi à 19h, jeudi et vendredi à 20h30, dimanche à 17h
(relâche lundi et mardi) Durée du spectacle : 1 h 15
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 00 (du mardi au samedi de 14h à 18h) www.maisondelapoesieparis.com

Autres articles de la rubrique Archives

Mots-clés