Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Carlos Cesar Arbelàez (Colombie)

"Les couleurs de la montagne" Sortie en salles le 27 avril 2011

La Pradera est un petit village à l’apparence tranquille de la Cordillère des Andes, en Colombie. Les distractions sont rares pour Manuel et ses amis qui se retrouvent dès qu’ils le
peuvent sur un stade de fortune où ils organisent des matchs de foot.
Un jour, de retour du marché où il a vendu un porcelet, le père de Manuel rapporte à son fils un nouveau ballon. Mais, peu habitués à shooter dans un ballon neuf, au premier tir, les enfants l’envoient dans une parcelle de terre minée où une truie qui s’était échappée, a été récemment réduite en charpie par l’explosion d’une bombe.

© Gebaka films 2011

Si la préoccupation des enfants est de trouver le bon moyen pour récupérer le ballon sans prendre de risques, les parents, tous des paysans pauvres, sont pris en étau entre l’armée, la rébellion et les para-militaires qui revendiquent l’avenir du pays. Ceux qui ont opté pour l’une ou l’autre des parties en présence ont souvent payé leur choix de leur vie. Devront-ils tous, les uns après les autres, pour que leurs familles soient épargnées, quitter leurs habitations et les maigres exploitations attenantes ?
Pendant ce temps, les enfants inventent des moyens acrobatiques pour récupérer le ballon tout neuf., présent dans un champ, à portée de perche, au pied d’un arbre.
"Les couleurs de la montagne" est le récit d’un peuple meurtri, vivant la menace de la mort à chaque instant dans le décor magnifique, superbement verdoyant constitué de paysages harmonieusement vallonnés où il semblerait à première vue, que la vie ne peut être que sereine.
Le conflit guerrier y apparaît comme une excroissance, une anomalie, et le père de Manuel, qui n’est pourtant pas un couard, recule à chaque échéance, le moment de répondre aux mises en demeure des para-militaires, un peu comme s’il espérait que le lendemain, la quiétude serait revenue et que tout n’aurait été qu’un cauchemar.
Et le quotidien, quoique incertain, reprend le dessus. Les journées se déroulent au rythme des travaux domestiques, de ceux des champs.
"Les couleurs de la montagne" ne montre rien de la violence qui couve, ne s’appesantit jamais sur les conditions de vie, la pauvreté, l’incertitude du lendemain et cette économie, en en faisant un film feutré, ne fait qu’accentuer la portée du propos.
Ce n’est pas non plus un film qui s’engage. C’est seulement un film qui constate et si, après la projection, les images verdoyantes persistent, celles qui sont les plus tenaces sont les images absentes, celles d’une violence souterraine, à peine présente dans le récit.
Francis Dubois.

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)