Actualité théâtrale

La Colline Théâtre national jusqu’au 19 avril

"Les autonautes de la Cosmoroute" Partenaire Réduc’snes

"Les autonautes de la Cosmoroute"

D’après Julio Cortàzar et Carol Dunlop mise en scène Thomas Quillardet

Le 9 mai 1982, Julio Cortàzar écrit au directeur des Sociétés des Autoroutes une lettre dans laquelle il lui demande l’autorisation de voyager bien au-delà des deux jours de séjour autorisés sur les autoroutes françaises et plus particulièrement sur celle qui va de Paris à Marseille.

Le projet qu’il a monté avec sa femme, Carol Dunlop, consiste en effet à s’arrêter sur les 65 parkings du trajet, à raison de deux par jour, ce qui revient à un séjour de plus d’un mois sur le réseau.

Le projet a été mené à bien et il en est résulté un livre mythique en Amérique du Sud, mais peu connu en France : ’Les autonautes de la Cosmoroute" qui rend compte, par le menu, de chacune des étapes du périple.

L’expédition était soumise à une série de contraintes : faire le voyage sans jamais quitter l’autoroute, prendre connaissance de chaque aire à raison de deux par jour en passant la nuit sur la deuxième, faire des relevés scientifiques, prendre en note toute observation pertinente, tirer un ouvrage qui rende compte de l’expédition.

Le livre de Julio Cortàzar et Carol Dulop est tombé entre les mains de deux compagnies théâtrales, "Jakart" et" Mugiscué" qui s’en sont emparées et ont décidé d’en faire une adaptation théâtrale.

Pour cela, ils ont entrepris de faire eux-mêmes le voyage de Paris à Marseille, avec les mêmes contraintes que s’étaient imposées le couple d’écrivains. Ils ont quitté la capitale le 12 mai 2011 et sont arrivés à Marseille le 10 juin suivant.

Le spectacle est le rendu de cette expérience tout au long hantée par l’ombre très émouvante de Julio Cortàzar et Carol Dunlop.

Entremêlant textes de Cortàzar et matériaux glanés au gré du périple, ils en ont fait, avec la complicité de Thomas Quillardet, une polyphonie d’instants savoureux liés à une observation minutieuse des différents parkings, d’instants ludiques voire potaches, le tout pris dans le tourbillon d’une bonne humeur communicative.

La mise en scène est des plus inventives. Depuis la reconstitution au sol, à l’aide de voitures miniatures, d’un parking d’autoroute où l’on distinguera les véhicules de tourisme et ceux des VRP, en passant par une invasion de la tente par une multitude de fourmis carnassières dont une représentante de taille humaine viendra effrayer la joyeuse équipée.

C’est à la fois une leçon de choses soutenue par des expériences minutieuses autant que cocasses, un regard sur les habitants éphémères de lieux qu’on néglige généralement d’observer, pressés que nous sommes par le temps.

Les autonautes dont les costumes orange-vif rappellent à la fois celui des employés des autoroutes et celui des cosmomautes occupent le plateau dans un joyeux et très sérieux remue-ménage.

Francis Dubois

La Colline-Théâtre national 15 rue Malte-Brun Paris 20e

www.colline.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)